Série d’articles sur la gestion opérationnelle – Division Techniques d’observation à Payerne

19 octobre 2019, 1 Commentaire
Thèmes: Portrait

Notre série de blogs vous plonge dans le quotidien passionnant des collaborateurs de la gestion opérationnelle de MétéoSuisse. Nous sommes allés à la rencontre des divisions opérationnelles de tous les sites pour observer leur travail. Nous publions ci-dessous la première partie consacrée à l’équipe Techniques d’observation de Payerne.

Station SwissMetNet à Payerne
Station SwissMetNet à Payerne

Qu’est-ce que la gestion opérationnelle ? C’est ainsi que nous désignons les divisions MétéoSuisse qui surveillent les systèmes en permanence et qui fournissent des services aux clients internes et externes. Il s’agit par exemple de nos centres météorologiques de Zurich, Locarno et Genève, de notre division informatique ou de la division Techniques d’observation du site de Payerne. À l’occasion de notre premier article de cette série, nous avons rencontré Yves-Alain Roulet et Alexandre Widmer à Payerne pour les interroger sur leurs missions liées aux techniques d’observation. Cette division est responsable de la livraison des données issues du réseau de mesures au sol et des radiosondages jusqu’aux bases de données de MétéoSuisse.

C’est grâce au travail quotidien des collaborateurs de la division Techniques d’observation que l’acquisition rigoureuse des mesures des 160 stations peut être assurée. Ces dernières fournissent de nombreuses données actuelles sur la météo en Suisse toutes les dix minutes.

Une équipe de la division est responsable de l’exploitation de tous les systèmes de mesure automatiques ainsi que du radiosondage. Son travail consiste à assurer que les données recueillies par le réseau de mesures au sol et issues des radiosondages soient transmises en continu aux bases de données de MétéoSuisse. Par exemple, si une station tombe en panne, la défaillance doit être recherchée et si nécessaire, réparée sur place. Afin d’éviter les pannes, les stations de mesure doivent également être entretenues régulièrement.

Une deuxième équipe se charge de la recherche, du développement et du contrôle de qualité. Dans cette division, on développe les outils et les systèmes qui seront utilisés pour l’exploitation. Il est très important de s'adapter aux nouveaux développements technologiques.

« Nous désirons fournir des données qui soient utilisables aussi bien au sein de MétéoSuisse qu’à l’extérieur. » Yves-Alain Roulet

 

Prestations pour les collaborateurs de MétéoSuisse

La division Techniques d’observation fournit d’importantes données brutes à des clients internes, tels que, par exemple, nos centres de prévision météorologique de Zürich, Genève et Locarno. Les données mesurées sont également pertinentes pour les divisions Modèles numériques et Climat. Les modèles numériques calculent l’évolution éventuelle de la météo à partir de ces données, alors que la division Climat les intègre dans le calcul de l’évolution à long terme du climat.

Prestations pour la population
Pour la population, les données mesurées sont publiées quasiment en temps réel (toutes les 10 mn), sur notre site web ou dans l’appli de MétéoSuisse.

Affichage aggrandi: Vorbereitung der Radiosonde vor dem Start
Vorbereitung der Radiosonde vor dem Start

MétéoSuisse réalise deux fois par jour des radiosondages avec des ballons-sondes. Cela permet de mesurer d’importantes valeurs météorologiques de l’atmosphère jusqu’à des altitudes élevées. Le radiosondage classique constitue l’une des bases des prévisions météorologiques et revêt aujourd’hui une grande importance pour la recherche climatique.

Afin de pouvoir effectuer des prévisions météorologiques de bonne qualité, il faut connaître le plus précisément possible les conditions météorologiques actuelles au sol et dans l’atmosphère. L’aérologie à l’aide de radiosondes explore l’atmosphère terrestre et fournit des données précises sur le vent, la pression, la température, l’humidité et la teneur en ozone.

Dès le départ de la sonde, les données sont mesurées puis transmises à la centrale jusqu’à ce que le ballon éclate après environ deux heures de vol.

« Je suis fier du travail que nous accomplissons et de la qualité des produits et des prestations que nous arrivons à fournir. » Yves-Alain Roulet

Quelles sont les compétences nécessaires pour travailler dans une telle division? Yves-Alain Roulet, chef de la division, répond à cette question et nous fait connaître son domaine d'activité.

Quels grands projets sont en vue actuellement ?

Nous sommes en train de développer un appareil de mesure à laser pour mesurer la hauteur de neige dès les premiers millimètres. C’est important en particulier pour le trafic routier. Un autre projet vise à évaluer comment il est possible d’améliorer les mesures des précipitations à partir de facteurs de correction et en tenant compte de l'exposition au vent. En effet, la mesure des précipitations est influencée par divers paramètres (par exemple le vent) et est donc largement sous-estimée, surtout en cas de chute de neige. En outre, le réseau de mesures est en permanence contrôlé et des adaptations sont effectuées si nécessaire. Cela permet à MétéoSuisse de s’assurer que les besoins des clients sont couverts. De plus, en tant qu’Office fédéral high-tech, nous accordons une grande importance au développement technologique : un projet a déjà été lancé pour adapter la communication de données à partir de notre réseau de mesure aux technologies actuelles (p. ex. IoT, Cloud, etc.).

Quel est est le projet ou la tâche qui t’a donné le plus de satisfaction ?

Par exemple l’extension du réseau de mesure au sol de MétéoSuisse (SwissMetNet). Un projet passionnant qui a occupé MétéoSuisse pendant plusieurs années et qui m’a permis de visiter divers sites en Suisse. J’ai eu en outre beaucoup de tâches au niveau international ces dernières années, telles que l’évaluation d’appareils de mesure de la neige. Il s’agissait de comparer différents appareils de mesure sur 20 terrains différents dans le monde (Canada, Scandinavie, Japon, etc.). J’ai ainsi pu avoir des échanges passionnants avec des équipes du monde entier. Le transfert de connaissances dans les deux sens est énormément important pour le développement de notre travail.

Quelles aptitudes spéciales requièrent vos professions respectives ?

Pour la gestion opérationnelle, comme par exemple la maintenance des stations de mesure, une formation dans le domaine technique est indispensable, comme électricien ou électronicien par exemple. En outre, dans cette division les personnes doivent être capables de traiter des problèmes inattendus. Il arrive parfois que la situation sur place diffère totalement de ce à quoi on s’attendait. Dans ce domaine, une longue expérience est précieuse pour pouvoir traiter les problèmes rapidement et appliquer des solutions ciblées.

Dans l'équipe « Recherche et développement », il faut avant tout avoir les idées larges et être ouvert à la nouveauté. Cela veut dire être capable de maîtriser de nouvelles technologies. Beaucoup montrent un intérêt général à tout ce qui touche au développement technologique et suivent les dernières tendances aussi dans le cadre de leurs loisirs.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ta profession ?

Pouvoir apporter quelque chose de vraiment utile à la population. Je suis fier du travail que nous accomplissons et de la qualité des produits et des prestations que nous arrivons à fournir. J’apprécie également pouvoir partager un peu de notre expérience et de nos connaissances à l’étranger. Nous soutenons par exemple depuis longtemps la mesure de l’ozone et le radiosondage au Kenya. Dans le cadre du projet CATCOS (Capacity Building and Twinning for Climate Observing Systems), nous avons aussi organisé un atelier au Kirghizistan. MétéoSuisse y a apporté apporté son expertise dans le domaine de la mesure météorologique.

Merci à Yves-Alain Roulet et Alexandre Widmer pour le temps qu’ils m’ont consacré et leurs précieux renseignements.

Informations complémentaires :

Commentaires (1)

  1. S.Tolck, 21.10.2019, 20:19

    Cela me fait très plaisir de pouvoir apposer un visage sur ce qui est presque comme un concert, les météorologues !! Je prends également mieux conscience que malgré ce temps devenu tellement informatique il y a et aura toujours besoin de l'action de l'homme. Merci pour tout votre travail et bonne continuation à vous tous.

    Réponses

    Répondre à S.Tolck

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension