Contenu

Vague de froid en vue ?

17 janvier 2019, 10 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Certaines sorties de modèle laissent entrevoir, à partir du milieu de la semaine prochaine, l'arrivée en Suisse d'une masse d'air polaire continental en provenance d'Europe centrale. Une telle configuration pourrait donner lieu à une vague de froid. Qu'en est la probabilité à l'heure actuelle ?

L'image ci-dessus est tirée de la prévision du modèle européen IFS haute résolution et correspond aux champs de pression et de température à 850 hPa (1500 m environ) pour la journée de dimanche 27 janvier à 00 UTC. Le chiffre encadré (-15) est la température prévue à cette échéance et à cette altitude. La flèche bleue représente un vent de nord-est (bise) d'une vitesse moyenne de 15 kt (environ 28 km/h).

Voyons tout d'abord quelle est la probabilité qu'une telle configuration synoptique se présente.

Les deux images ci-dessous représentent la configuration des pressions à 500 hPa, soit environ 5500 m (médiane de la prévision d'ensemble du centre européen), ainsi que la dispersion de ces prévisions. En très bref, plus la plage de couleur tire vers le mauve (cf. légende), plus la  prévision est incertaine.

On voit dans les deux exemples ci-dessous les prévisions respectives pour le dimanche 20 janvier à 12 UTC et le dimanche 27 janvier à 12 UTC.

Pour le 20 janvier, la prévision sur l'Europe montre un vaste système dépressionnaire allant de l'Afrique du nord à la Scandinavie, avec une confiance plutôt bonne pour le sud et l'Est de l'Europe, mais une incertitude, plutôt modérée, déjà présente pour les îles britanniques et les pays scandinaves. Lorsque la dispersion est faible (absence de plages mauves), cela signifie que la plupart des membres des ensembles montrent la même chose.

Pour le 27 janvier, la configuration générale des pressions n'a pas fondamentalement changé dans la médiane des ensembles, avec toujours une crête de haute pression sur l'Atlantique et un vaste système dépressionnaire sur l'Europe. La dispersion s'est en revanche nettement accentuée, en particulier sur l'Atlantique, les îles britanniques et les pays scandinaves. Cela signifie qu'un grand nombre de variantes existent dans les membres des ensembles pour cette échéance.

 

Si l'on considère la probabilité d'avoir pour telle ou telle échéance une certaine température, la dispersion de la prévision peut être illustrée par une carte semblable à celles ci-dessus, mais également par ce qu'on appelle en anglais des "plumes" pour un point donné.

La prévision mensuelle peut de son côté donner une indication supplémentaire sur la probabilité d'avoir des températures inférieures aux normes, mais elle ne dira rien sur la valeur absolue de ces températures.

Conclusion

Toutes ces informations pointent dans la même direction : à ce stade, on peut dire qu'à partir du milieu de la semaine prochaine, les températures devraient être plutôt froides, c'est à dire proches ou inférieures aux normes. Il est par contre quasiment impossible pour l'instant de quantifier ces températures. Au fil des jours, il sera intéressant de voir si les prévisions d'ensemble s'alignent sur le modèle à haute résolution, pour l'heure très pessimiste et proche des valeurs extrêmes inférieures, ou si au contraire le modèle à haute résolution fait amende honorable et revient à de meilleures sentiments.

Affaire à suivre donc...

Commentaires (10)

  1. Jonas, 18.01.2019, 14:36

    Bonjour ,
    Merci pour votre analyse. Pour ma part, au vu des hivers hyper doux que l'on a connu ces dernières années, je trouve que cette vague de froid serait une chose très positive. Donc je considère que le modèle à haute résolution est optimiste, et j'espère bien qu'il restera dans la même ligne. En période de réchauffement climatique, je trouve un peu de dommage de qualifier les rares coups de froid comme des événements négatifs...

  2. Jaccard Richard, 18.01.2019, 11:35

    Merci encore une fois pour vos "blogs" très très intéressants.

  3. Michèle Ischi, 18.01.2019, 09:51

    Merci pour les articles toujours très intéressants que vous publiez sur le site.

    Meilleures saluations

  4. Sylvain, 17.01.2019, 22:23

    Analyses impressionnantes et fascinantes...!

  5. Claude Guignard, 17.01.2019, 18:07

    Ces modèles de prévision à moyen terme donnent des indications intéressantes. On verra en effet peu à peu s'ils se confirment ou pas. Globalement il apparait cependant peu probable que le temps relativement clément de ce début d'hiver se poursuive. On peut le regretter pour la végétation qui risque de souffrir de temperatures trop negatives. Une période plus froide laisse aussi craindre peu de précipitations. Les régions qui sont restées à l'écart des récentes chutes de neige risquent alors de connaître un mois de janvier trop sec.

  6. Edward, 17.01.2019, 17:23

    Les médias nord-américains parlent beaucoup de la rupture du vortex polaire, qui va très certainement envoyer de l'air très froid à travers le Canada jusqu'assez loin au sud des USA. l'Europe sera peut-être touchée aussi par un autre morceau du vortex, mais c'est moins clair. Je suis surpris que vous n'en parlez pas en même temps que la vague de froid décrite dans cet article ?!

    1. MétéoSuisse, 18.01.2019, 12:46

      Bonjour,
      le blog du 24 avril 2016 a été consacré à la fragmentation du vortex polaire. Nous vous renvoyons également aux blogs des 10 et 20 février 2018 sur l'influence du réchauffement de la stratosphère (Sudden stratospheric warming ou SSW) sur les vagues de froid dans la troposphère. Vous pouvez y accéder en tapant "vortex polaire" ou "SSW" dans le moteur de recherche de notre site.

  7. Sébastien, 17.01.2019, 17:12

    Bonjour et merci pour vos blogs et bulletins météo qui me sont d'une grande utilité, que ce soit pour le déneigement que j'ai à faire ou pour mes sorties en montagne . Beau travail et encore merci !

  8. David Padayachy, 17.01.2019, 16:23

    Est-ce que du coup vous prévoyez une vague de froid du type Moscou - Paris ?

    1. MétéoSuisse, 18.01.2019, 12:41

      Si les choses se passent comme prévues par le modèle à haute résolution, il s'agira en effet d'une advection froide depuis les frontières de la Russie jusque vers la France. Si...