Janvier 2019 : froid en montagne, doux au Sud

30 janvier 2019, 10 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Janvier 2019 a été le mois de janvier le plus froid en montagne au Nord des Alpes depuis plus de 30 ans. En revanche, le Sud des Alpes a enregistré l’un des mois de janvier les plus doux depuis le début des mesures. D’importantes chutes de neige vers le milieu du mois ont engendré un fort danger d’avalanches dans les Alpes.

Vue d’Arosa à Medergen le 15 janvier 2019. Le vent tempétueux du nord-ouest des jours précédents est visible à travers le manteau neigeux avec des vagues sur la surface de la neige. Photo : Daniel Gerstgrasser
Vue d’Arosa à Medergen le 15 janvier 2019. Le vent tempétueux du nord-ouest des jours précédents est visible à travers le manteau neigeux avec des vagues sur la surface de la neige. Photo : Daniel Gerstgrasser

Important contraste de température

Sur les régions montagneuses du Nord des Alpes au-dessus de 1000 mètres, la température moyenne de janvier a été nettement en dessous de la norme 1981-2010 avec une valeur de -8.2 degrés. Le dernier mois de janvier encore plus froid remonte à 1985 avec une valeur de -10.6 degrés. Ensuite, il faut remonter à l’hiver 1962-1963 pour trouver un autre mois de janvier avec une température encore plus basse de -10.9 degrés. Cet hiver-là avait été caractérisé par le gel de certains lacs du Plateau.

Affichage aggrandi: Température de janvier en montagne au Nord des Alpes au-dessus de 1000 mètres depuis le début des mesures en 1864. La ligne rouge montre la moyenne glissante sur 30 ans, la ligne verte montre la norme 1981-2010 qui est de -5.1 degrés.
Température de janvier en montagne au Nord des Alpes au-dessus de 1000 mètres depuis le début des mesures en 1864. La ligne rouge montre la moyenne glissante sur 30 ans, la ligne verte montre la norme 1981-2010 qui est de -5.1 degrés.

En revanche, janvier 2019 a été très doux sur les régions de plaine du Sud des Alpes. Avec une température moyenne de 5.0 degrés, Lugano a relevé son sixième mois de janvier le plus doux depuis le début des mesures en 1864. Avec une température moyenne de 4.9 degrés, Locarno-Monti a relevé son dixième mois de janvier le plus doux depuis le début des mesures en 1883. Sur les régions de plaine du Nord des Alpes, la température en janvier 2019 a été comprise entre 0 et 1.5 degré, proche de la norme 1981-2010.

Afflux persistant d’air froid à partir du nord

La première quinzaine de janvier a été fortement dominée par les courants du nord, qui ont apporté de l'air froid et souvent humide en direction de la Suisse. Une situation météorologique persistante avec un puissant anticyclone atlantique et une dépression sur le nord ou le nord-est de l'Europe en a été la cause. Entre ces deux systèmes, de l'air polaire s'est écoulé vers le Nord des Alpes, souvent accompagné de vents tempétueux en altitude. Cette situation hivernale classique a souvent entraîné des chutes de neige, en particulier sur les versants nord des Alpes. Les régions de plaine du Nord des Alpes ont aussi parfois été recouvertes d'une couche de neige fraîche.

L'air froid qui a traversé les Alpes a ensuite balayé les vallées du Sud des Alpes sous forme de foehn parfois tempétueux mais avec des températures douces. Sur les régions de plaine du Sud des Alpes, les maximales journalières ont souvent atteint 10 degrés ou plus. Pendant plusieurs jours, les valeurs ont atteint 14 à 15 degrés, voire même 16.4 degrés le 5 janvier Biasca. De plus, le temps a été généralement ensoleillé.

Importantes chutes de neige

Du 12 au 14 janvier, un fort courant du nord-ouest a provoqué d’importantes chutes de neige, notamment dans les Alpes orientales. Sur le Nord et le Centre des Grisons, ainsi qu’en Basse-Engadine, il est tombé en montagne de 90 à 140 cm de neige en 3 jours. Dans la région du Gothard et dans la vallée de Conches, il est tombé de 80 à 105 cm de neige, tandis que dans l’Oberland bernois et en Bas-Valais, il a été relevé de 40 à 90 cm de neige fraîche. Cette quantité considérable de neige fraîche a engendré un fort danger d’avalanches. L’accès à certaines vallées alpines a été temporairement interrompu.

Dans les séries de mesures pour le Centre des Grisons, les cumuls de neige fraîche sur 3 jours les plus élevés présentent des valeurs entre 180 et 230 cm. Ils proviennent des exceptionnels mois avalancheux de janvier 1951 et de février 1999. Dans la région du Gothard, les cumuls de neige fraîche sur 3 jours les plus élevés sont de 200 cm. Cela s’est produit en avril 1975 avec également des avalanches.

Les fortes précipitations du 12 au 14 janvier ont surtout touché les Alpes centrales et orientales. Des quantités nettement plus faibles sont tombées sur le Sud des Alpes valaisannes et dans les montagnes du Sud des Alpes.

Soleil d’hiver en montagne

Du 15 au 22 janvier, des hautes pressions ont généralement influencé le temps en Suisse. En montagne, le temps a été assez ensoleillé et même bien ensoleillé au Sud des Alpes. Seule la journée du 17 janvier a été caractérisée par le passage d’un front froid à partir de l’ouest avec un ciel globalement gris et une limite des chutes de neige vers 1000 mètres. A partir du 19 janvier, une situation classique de stratus hivernal s’est installée au Nord des Alpes.

Neige, pluie, neige

Du 23 au 26 janvier, des masses d’air frais en provenance du nord ont provoqué des chutes de neige jusque sur les régions de plaine Nord des Alpes. Les Alpes ont connu une couverture nuageuse moins compacte la nuit, si bien que les températures dans certaines vallées alpines se sont abaissées en dessous de -20 degrés. Ainsi, Andermatt et Samedan ont relevé des températures inférieures à -26 degrés avec un minimum de -27.4 degrés à Samedan le 25 janvier au cours d’une courte phase anticyclonique.

Le 27 janvier, avec l’orientation du courant au sud-ouest, de l’air plus doux est arrivé en Suisse. Il a plu en plaine des deux côtés des Alpes. Les températures maximales au Nord ont atteint 8 à 10 degrés, mais elles sont restées entre 2 et 4 degrés au Sud. Dès le lendemain, de l’air polaire humide a de nouveau afflué vers la Suisse à partir du nord-ouest. Il est tombé jusqu’à 6 cm de neige fraîche sur le Plateau, 25 cm sur les versants nord des Alpes et jusqu’à 50 cm sur le Bas-Valais. Au Sud, le vent du nord a apporté des conditions ensoleillées et des valeurs maximales jusqu’à 11 degrés.  

Différences extrêmes dans les précipitations

Au Sud des Alpes, janvier 2019 a été caractérisé par un temps ensoleillé avec un foehn du nord fréquent et par conséquent un déficit marqué de précipitations. Régionalement, les quantités de précipitations n’ont atteint que l’équivalent de 10 à 15% de la norme 1981-2010. En Suisse romande et en Valais, il est tombé l’équivalent de 60 à 70% de la norme.

En revanche, le mois de janvier a été très humide le long de la partie centrale et orientale des versants nord des Alpes, en raison des fréquents courants du nord. Les quantités de précipitations ont atteint l’équivalent de 160 à 230% de la norme 1981-2010. Saint-Gall a mesuré un des dix mois de janvier les plus pluvieux depuis le début des mesures en 1866. 

Floraison des noisetiers au Tessin

Affichage aggrandi: Fricktal (en Argovie) hivernal le 19 janvier 2019 à Gipf-Oberfrick. Une mince couche de neige recouvre la végétation qui est encore en repos hivernal.
Fricktal (en Argovie) hivernal le 19 janvier 2019 à Gipf-Oberfrick. Une mince couche de neige recouvre la végétation qui est encore en repos hivernal.
Photo : Regula Gehrig

Fin décembre déjà, les premiers noisetiers ont commencé à fleurir au Tessin. A la station de mesure pollinique de Lugano, des concentrations modérées de pollen de noisetier ont été mesurées les 30 et 31 décembre. De fortes charges de pollen de noisetier sont apparues à Locarno à partir du 12 janvier. Dans les stations d'observations phénologiques du Tessin, la floraison générale du noisetier a été observée à Locarno et Vira/Gambarogno le 15 janvier, soit avec une avance de 11, respectivement 28 jours par rapport à la moyenne de la période 1981-2010. A Bondo GR (825 m), la floraison a eu lieu le 18 janvier, soit avec une avance de 28 jours par rapport à la moyenne depuis le début des observations en 1996. Pour Bondo GR, il s’agit de troisième floraison générale la plus précoce après les années 2013 et 2007. Pour les autres stations tessinoises, les noisetiers ont fleuri tôt ou très tôt, mais il y a eu dans le passé des floraisons encore plus précoces. Au Nord des Alpes, les stations phénologiques n'ont pas encore signalé de noisetiers en fleurs. De nombreux noisetiers au Nord des Alpes présentaient déjà des chatons presque en fleur. Cependant, les températures étaient trop basses, de sorte que ces chatons n’ont pas encore pu fleurir complètement.

Le bulletin définitif de janvier 2019 sera disponible à partir du 11 février 2019 dans la rubrique rapports climatiques.

Commentaires (10)

  1. Jean-Pierre Graber, 06.02.2019, 10:13

    Vos commentaires sont tout simplement remarquables ! Je les lis chaque mois avec grand intérêt ! Merci pour la qualité de vos bulletins !

    Je me permets de vous poser une question dont je ne suis pas certain que je doive d'adresser à votre office. Cas échéant, une personne de votre office connaissant ce domaine pourrait-elle me dire pourquoi la croissance des jours à partir du 21 décembre et leur décroissance à partir du 21 juin ne sont pas régulières. Je prends quelques exemples.

    L'allongement de la durée du jour en janvier est beaucoup plus imputable aux gains enregistrés le soir qu'à ceux observés le matin. Autre petite curiosité. Dès le 16 décembre, les jours commencent déjà à s'allonger de 2 minutes le soir jusqu'au 21 décembre, alors que la nuit gagne encore 4 minutes durant ce laps de temps. Le 21 juin, la durée du jour commence immédiatement à décroître le matin alors que l'heure du coucher du soleil reste pratiquement stable jusque vers le 4 juillet.

    En gros, la décrue de la durée du jour observée le soir intervient sur seulement 5 mois (4 juillet - 5 décembre) alors que le coucher du soleil intervient chaque jour plus tard ou est stable durant près de 7 mois (5 décembre - 4 juillet).

    Quelle est l'explication de ces asymétries ?

    Par avance, je vous remercie de votre réponse et vous adresse mes bien cordiaux messages.

    Jean-Pierre Graber

    Réponses

    Répondre à Jean-Pierre Graber

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 06.02.2019, 10:34

      Dans l’article blog du 5 février, nous avons posté une éphéméride entre le 4 décembre 2018 et le 9 janvier 2019 montrant ce que vous décrivez exactement.
      https://www.meteosuisse.admin.ch/home.subpage.html/fr/data/blogs/2019/2/fevrier.html
      Ce thème relève nettement plus de l’astronomie que de la météorologie. Néanmoins, on trouvera un article dans le Figaro qui explique cette asymétrie.
      http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/12/21/01008-20171221ARTFIG00126-solstice-d-hiver-le-soleil-se-couche-plus-tard-depuis-le-13-decembre-deja.php

  2. Noémie J., 31.01.2019, 09:55

    Bonjour,

    Habitant en plaine et travaillant en montagne (Leysin-Les Diablerets) je regarde chaque soir les précipitations annoncées afin de moduler l'heure de mon départ en conséquence. Aussi bien cette nuit que celle de lundi à mardi vous n'aviez pas prévu de grosses quantités de précipitations et pourtant il est tombé tout de même pas mal de neige jusqu'en plaine.
    De même samedi passé vous aviez annoncé un temps plutôt mauvais un peu partout, alors qu'au final il y a eu grand soleil en Valais central et plutôt dégagé sur les alpes vaudoises. Quel est le pourcentage de fiabilité de vos prévisions?

    Réponses

    Répondre à Noémie J.

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.01.2019, 17:27

      Pour la nuit de lundi à mardi et celle de mercredi à jeudi, ce sont des averses qui ont concerné le Chablais. Dans ce genre de situation il est difficile de prévoir les quantités de neige. La localisation et l’intensité exact des averses sont des paramètres difficilement prévisibles et celles-ci ne concernent pas toutes les régions de la même manière. Les cumuls peuvent donc fortement varier d’une région à l’autre (ou même d’un village à l’autre).
      Vous pouvez trouver des informations sur la vérification de la prévision ici :
      https://www.meteosuisse.admin.ch/home/actualite/meteosuisse-blog/meteosuisse-blog.subpage.html/fr/data/blogs/2019/1/verification-des-previsions.html

  3. Claude Guignard, 30.01.2019, 18:24

    Dans la région genevoise les températures de janvier ont été conformes aux normales saisonnières comme vous le relevez, sans jour anormalement chaud ni anormalement froid. A peu près aussi peu d'ensoleillement que d'habitude. Pas de neige notable. Pas de bise. Par contre un sec persistant. En somme un mois de janvier plutôt quelconque.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Damien, 02.02.2019, 11:19

      commentaire interessant en effet......

  4. Cécile, 30.01.2019, 18:17

    Bonsoir,
    Mon message ne concerne pas vraiment le thème. Je me demandais qui décidait du nom des tempêtes. Là Gabriel nous est passé sur la tête, mais qui lui a donné son nom? Et est-ce que tous les pays gardent le même nom à la tempête ? C’est mon fils qui m’a posé cette question et j’ai été incapable de lui donner une réponse satisfaisante. Merci pour votre prochaine réponse et peut-être un mini post.

    Réponses

    Répondre à Cécile

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 31.01.2019, 13:24

      La tempête Gabriel a été nommée par Météo-France. Vous trouverez plus d’informations sur le site suivant : http://www.meteofrance.fr/espace-presse/56343720-meteo-france-nomme-les-tempetes
      On trouvera également sur le site suivant les noms des tempêtes pour la saison hivernale 2018/2019 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saison_des_temp%C3%AAtes_hivernales_en_Europe_de_2018-2019

  5. Giosuè Julita, 30.01.2019, 16:08

    Concernant le plateau le mois de janvier a également été très froid ?!

    Réponses

    Répondre à Giosuè Julita

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 30.01.2019, 16:28

      Sur le Plateau, les températures en janvier 2019 sont conformes à la norme 1981-2010. Mais il a fait 4 à 5 degrés de moins en moyenne qu’en janvier 2018, d’où ce sentiment de fraîcheur qui se dégage. Rappelons que janvier 2018 avait été le mois de janvier le plus doux depuis le début des mesures en 1864.