Un mois de février gris avec une brève vague de froid

27 février 2018, 1 Commentaire
Thèmes: Climat

Février 2018 s’est montré très sombre à l’échelle nationale. En montagne, il s’agit de l’un des mois de février les plus froids de ces 30 dernières années. Au Sud des Alpes, en Valais et dans les Grisons, ce mois a été caractérisé par de très faibles précipitations. Vers la fin du mois, de l’air froid sibérien a provoqué une brève vague de froid.

Un mois de février généralement gris et vert en plaine. Photo : S. Bader
Un mois de février généralement gris et vert en plaine. Photo : S. Bader

Très peu de soleil au Nord

En février 2018, les nuages ont dominé au Nord des Alpes. Douze journées ont été dépressionnaires avec peu de soleil. A cela se rajoutent 10 autres journées avec du stratus. Ainsi, pour les régions de plaine du Nord des Alpes, il y a eu 22 journées avec peu ou pas de soleil. Au Sud des Alpes, le soleil a brillé pendant 12 journées. Là-bas, le soleil a été absent pendant 5 à 7 jours selon les régions.

La Suisse a été sous l’influence de zones dépressionnaires du 1er au 6 février, ainsi que du 10 au 12, du 15 au 17 et le 20 février. Les conditions ont été anticycloniques du 7 au 9, les 13 et 14, ainsi que surtout du 18 au 24 février. Ces jours-là, il y avait souvent du stratus au Nord des Alpes qui ne s’est régionalement pas dissipé.

Depuis le nord-ouest de la Suisse, en passant par le Jura, ainsi que sur le Plateau central et oriental, il n’y a eu que 30 à 40 heures d’ensoleillement, contre une moyenne de 70 à 90 heures en février. Régionalement, il s’agit de l’un des mois de février les plus sombres depuis ces 30 dernières années.

Persistance de mois de février sombres au Sud des Alpes

Depuis la fin des années 90, il y a eu une diminution de la durée d’ensoleillement au Sud des Alpes qui a été observée sur les sites de mesures de Lugano et de Locarno-Monti. C’est le sixième mois de février consécutif à connaître un ensoleillement inférieur à la normale. Ce constat de mois de février sombres s’applique également à la Haute-Engadine.

Froid en montagne

En montagne, février 2018 s’est montré froid. La température moyenne journalière a été entre 6 et 8 degrés inférieures à la norme 1981-2010 pendant 10 jours. Pour les jours restants, elle a généralement fluctué entre 2 et 4 degrés sous la normale. Seules les journées du 15 au 17 février ont connu des températures moyennes journalières de 3 à 4 degrés supérieures à la normale, grâce à un afflux d’air doux depuis l’ouest.

Moyennée pour les altitudes supérieures à 1000 mètres au Nord des Alpes, la température de février a été de -8.5 degrés, soit 3.3 degrés de moins que la norme 1981-2010. Cela fait de février 2018 l’un des mois de février les plus froids de ces 30 dernières années dans les montagnes du Nord des Alpes.

Au Nord des Alpes au-dessous de 1000 mètres, février 2018 a affiché une température mensuelle de -1.2 degré, soit 2 degrés de moins que la norme 1981-2010. Il avait fait encore plus froid en février 2013 avec -1.7 degré et surtout en février 2012 avec -3.8 degrés. A Lugano au Sud des Alpes, la température de février 2018 a été de +4.0 degrés, soit 0.5 degré seulement de moins que la norme 1981-2010.

Régionalement peu de précipitations

Le Sud des Alpes n’a recueilli que l’équivalent de 20 à 30% des précipitations normales. Au Nord des Alpes, en Valais et dans les Grisons, il n’est tombé que l’équivalent de 30 à 60% de la norme 1981-2010. Le long des versants nord des Alpes, les valeurs ont représenté de 40 à 90% de la norme. Il a très peu neigé jusqu’en plaine. Ainsi, février est resté généralement vert sur les régions de plaine des deux côtés des Alpes.

Brève vague de froid à la fin du mois

Les deux derniers jours de février ont connu des températures minimales entre -10 et -13 degrés sur les régions de plaine du Nord des Alpes. Une comparaison avec les dernières vagues de froid massives montre que des valeurs significativement plus basses sont possibles en février. Au cours de la première quinzaine de février 2012, les températures minimales enregistrées sur le site de mesures de Zurich-Kloten ont été inférieures à -15 degrés pendant plusieurs jours.

Par ailleurs, la durée de la vague de froid n’a pas été exceptionnelle. Dès le 2 mars déjà, le froid redeviendra plus modéré sur les régions de plaine du Nord des Alpes avec des températures minimales de l’ordre de -5 degrés. C’est incomparable avec le froid arctique de février 2012. Pendant près de 2 semaines, les températures minimales journalières étaient inférieures à -10 degrés sur le site de Zurich-Kloten. Février 1986 a été hivernal de manière quasi-continue. Les températures minimales ont très souvent été inférieures à -10 degrés à Zurich-Kloten.

La deuxième vague de froid de 1987 a été un peu plus comparable à celle de février 2018. Cependant, elle s’est plutôt manifestée au début du mois de mars après un gros redoux de quelques jours.

Le Sud de la Suisse à l’abri des Alpes

Sur les régions de plaine du Sud des Alpes, les températures minimales en février 2018 ont été inférieures à -5 degrés pendant 2 jours. Il avait fait nettement plus froid en février 2012. Sur le site de mesures de Lugano, le seuil des -5 degrés avait été franchi à 7 reprises et la période froide s’était étendue pendant près de 2 semaines.

Les vagues de froid de 1986 et 1987 avaient également été moins prononcées au Sud qu’au Nord des Alpes. Cela montre très clairement que les Alpes protègent la Suisse méridionale des advections d’air froid polaire.

Peu de nouvelles de la végétation

Après la floraison très précoce des chatons des noisetiers en janvier, ceux-ci ne sont guère développés en février. Il y a eu quelques observations isolées sur le début de la floraison et la floraison générale du noisetier. Au Nord des Alpes, les chatons des noisetiers n’ont libéré qu’une petite quantité de pollen, car les températures étaient trop basses et le soleil à peine visible. Au Tessin, les chatons de noisetiers ont davantage fleuri et de fortes concentrations polliniques ont été mesurées pendant 11 jours.

La prochaine phase phénologique attendue sera la floraison du pas-d’âne (ou tussilage) qui peut déjà se manifester en février dans les années précoces de floraison. Cependant, en moyenne de la période de comparaison 1981-2010, la floraison à des altitudes inférieures à 500 m n’a pas lieu avant la mi-mars. Sur le nord-est de la Suisse, les premiers pas-d’âne ont été aperçus au début du mois de février. Ils ont bénéficié des températures très douces de janvier.

Le bulletin définitif de février 2018 sera disponible à partir du 12 mars 2018 dans la rubrique rapports climatiques.

Commentaires (1)

  1. Claude Guignard, 27.02.2018, 16:16

    Ces comparaisons sont très utiles pour nous permettre de nous situer par rapport aux autres années qui ont connu des périodes de froid en février. On voit clairement qu'en 2018 nous sommes bien loin des records et qu'on a vu largement pire il n'y a que peu d'années. On note le grand contraste entre janvier et février 2018. Si j'observe la végétation il me semble qu'elle a subi des dégâts en raison du fait qu'elle était trop avancée à fin janvier. En plus certaines plantes sensibles au froid n'ont guère apprécié cette breve, pour le moment, incursion d'air polaire. A voir ce que sera mars.