2018 : vers l’année la plus chaude en Suisse

16 novembre 2018, 14 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Les périodes fraîches ont été rares en 2018. Il faut remonter jusqu’en mars pour retrouver un mois avec une température inférieure à la normale. Avec une telle succession de mois chauds, il n’est donc pas surprenant que l’on se dirige très probablement vers l’année la plus chaude en Suisse depuis le début des mesures en 1864. On se dirige également vers une décennie historiquement chaude.

Encore une légère incertitude

Affichage aggrandi: Illustration 1 : évolution glissante  de l’anomalie thermique en moyenne suisse en 2018. Une explication plus détaillée se trouve dans le texte.
Illustration 1 : évolution glissante de l’anomalie thermique en moyenne suisse en 2018. Une explication plus détaillée se trouve dans le texte.

A 45 jours de la fin  de l’année, il est déjà possible d’établir une projection de l’anomalie thermique sur l’ensemble de l’année 2018.

Le mois de janvier a été très doux. Il a été suivi par un mois de février très froid et par un mois de mars frais. Début avril, l’anomalie thermique glissante sur 3 mois était quasiment nulle. Depuis avril, nous avons connu une succession de mois chauds  et l’anomalie thermique glissante s’est progressivement amplifiée. A l’heure actuelle, elle est de l’ordre de  1.6 degré. Les derniers jours de l’année sont sous forme de projection, la dispersion représentant l’incertitude de l’évolution de la température prévue d’ici la fin de l’année. L’anomalie thermique est prévue s’établir entre 1.0 et 1.8 degré. La ligne rouge représente le scénario médian avec une anomalie prévue de 1.5 degré.  Cela veut dire que 50% des scénarios prévoient une anomalie thermique entre 1.5 et 1.8 degré. L’autre moitié des scénarios prévoit une anomalie thermique entre 1.0 et 1.5 degré. A droite figurent les 5 années les plus chaudes (2015, 2011, 2014, 1994 et 2003) et les 5 années les plus froides (1879, 1887, 1889, 1871 et 1956) depuis le début des mesures en 1864.

La probabilité de connaître l’année la plus chaude est de 85% et la probabilité de connaître la troisième année la plus chaude est de 95%. Seul un peu probable  «accident» météorologique qui se traduirait par une intense vague de froid en décembre pourrait bouter cette année 2018 hors du podium.

Une décennie chaude

Affichage aggrandi: Illustration 2 : anomalie thermique de 1864 à 2018. La carte pour 2018 est une donnée provisoire. En bleu figurent les années froides (en dessous de la norme 1961-1990), en rouge les années chaudes. La dernière décennie figure sur la colonne la plus à droite. Les boîtes situées en bas montrent l’écart à la norme 1961-1990 de la décennie. Ainsi, la décennie 1880-1889 a présenté une anomalie thermique de -0.81 degré par rapport à la norme 1961-1990. La décennie 2010-2018 est pour l’instant la plus chaude avec un écart à la normale de 1.41 degré.
Illustration 2 : anomalie thermique de 1864 à 2018. La carte pour 2018 est une donnée provisoire. En bleu figurent les années froides (en dessous de la norme 1961-1990), en rouge les années chaudes. La dernière décennie figure sur la colonne la plus à droite. Les boîtes situées en bas montrent l’écart à la norme 1961-1990 de la décennie. Ainsi, la décennie 1880-1889 a présenté une anomalie thermique de -0.81 degré par rapport à la norme 1961-1990. La décennie 2010-2018 est pour l’instant la plus chaude avec un écart à la normale de 1.41 degré.

Comme on peut le voir sur l’illustration 2, la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle était globalement froid. C’est à partir de 1986 que la Suisse a toujours connu des années plus chaudes que la norme 1961-1990. Depuis 1980, les décennies sont systématiquement plus chaudes : anomalie de 0.89 degré pour la décennie 1990-1999, de 1.2 degré pour celle de 2000-2009 et de 1.41 degré (valeur provisoire) pour la décennie en cours.

Depuis la fin du 19ème siècle, la température en Suisse s’est réchauffée de l’ordre de 2 degrés, ce qui est deux fois plus important qu’au niveau global.

Un bilan quasi-définitif de l’année 2018 sera publié sur notre blog quelques jours avant la fin de l’année.

Commentaires (14)

  1. Jean-Luc Pélissier, 17.11.2018, 12:35

    Démonstration imparable.

    Je suggère d'envoyer cet article à Donald Trump. On ne sait jamais, peut-être va-t-il enfin comprendre...

    Réponses

    Répondre à Jean-Luc Pélissier

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Métrailler Paul, 17.11.2018, 10:11

    Pensez-vous que ça va continuer comme ça ou ça va un peu redescendre ?

    Réponses

    Répondre à Métrailler Paul

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Joaquim, 18.11.2018, 18:08

      Tout dépend du ralentissement de la déviation atlantique nord qui provoque une anomalie froide vers l'islande qui pourrait atteindre les côtes européenne.

  3. Aliki Buhayer, 17.11.2018, 10:03

    Y a-t-il un/des pays qui ont déjà un climat/une météo similaire au nouveau profil climatique qui se dessine pour la Suisse et au(x)quel(s) je pourrais me référer afin de comprendre quelle végétation sera potentiellement la plus adaptée à un tel climat? càd, quelles plantes qui forment notre paysage actuel pourraient survivre (et peut-être même proliférer) et qu’est-ce qui risque de disparaître et d’être remplacé (et par quoi) ? Je me pose la même question pour l’agriculture. La géographie de la Suisse entre montagnes et plaines n’est pas homogène, mais peut-être y a-t-il des indications selon la géographie? Merci d’avance

    Réponses

    Répondre à Aliki Buhayer

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.11.2018, 21:48

      Vous trouverez quelques éléments de réponses dans la publication éditée par l’Académie suisse des sciences « Coup de projecteur sur le climat suisse » que vous pouvez télécharger ici :
      https://sciencesnaturelles.ch/service/publications/81637-coup-de-projecteur-sur-le-climat-suisse
      Vous pouvez vous focaliser sur les chapitres 2.9 (la forêt) et 2.10 (l’agriculture).

  4. Robert HAHN, 17.11.2018, 07:51

    Magnifique exposé, vos graphiques sont d'une limpidité extraordinaire et édifiante de clarté. Quand à dire que cela nous rassure?

    Réponses

    Répondre à Robert HAHN

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  5. Chris, 17.11.2018, 02:42

    Et pourtant, les mois de juin-juillet-août ont été bcp plus supportables qu'en 2003.
    Question sécheresse (je ne parle pas de pluviométrie), 1983 était bien pire encore. (ou 1984, j'ai un doute).

    Réponses

    Répondre à Chris

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  6. Albert Menétrey, 16.11.2018, 18:19

    Est-il bien certain que « la température en Suisse s’est réchauffée depuis la fin du 19ème siècle ? »

    Je croyais que la température est un nombre qui quantifie une grandeur physique qui, elle, exprime les modifications thermiques de l’environnement et donc que la température ne peut pas être chaude ou froide.

    Cela dit votre blog est une merveille.

    Réponses

    Répondre à Albert Menétrey

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  7. Pascal_fr_39, 16.11.2018, 17:08

    De quoi faire en sorte que les consciences individuelles, collectives et politiques se mobilisent et s'unissent devant un fait désormais accompli. Et si ces chiffres rebutent encore les plus sceptiques, quelques clichés de glaciers alpins à un siècle d'intervalle devraient suffire à convaincre. Quant aux 2 degrés supplémentaires dévolus à votre pays, ne seraient-ils pas dus à l'absence de côtes maritimes, (inertie thermique des mers et océans), ou bien le climat se réchauffe-il d'avantage en altitude, qu'il y soit continental ou maritime?

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 17.11.2018, 21:51

      Le réchauffement climatique est plus important dans les Alpes et dans les zones polaires. Il est moins important sur les océans en raison de l’inertie thermique.

  8. Severstal, 16.11.2018, 16:12

    Et avec tout çà certains arrivent encore à nier le dérèglement climatique dû à l’homme ...

    Réponses

    Répondre à Severstal

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  9. Claude Guignard, 16.11.2018, 13:46

    Vos graphiques ne pourraient pas montrer de manière plus claire l'évolution des températures depuis 150 ans et le fort réchauffement des dernieres décennies. Pour cette année il subsiste en effet encore une incertitude. Mais le temps froid prévu pour ces prochains jours ne semble pas devoir constituer un record. Comme vous le pensez on aura donc encore une année chaude.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  10. Titus Thornber, 16.11.2018, 13:12

    Quelles sont les annèes 'sur le podium' maintenant?

    Réponses

    Répondre à Titus Thornber

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. MétéoSuisse, 16.11.2018, 13:48

      Comme on le voit sur l’illustration 1, les 3 années les plus chaudes jusqu’à présent sont 2015, 2011 et 2014.