Sécheresse néfaste aux champignons

7 novembre 2018, 6 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Les conditions sèches qui ont régné cette fin d'été ont freiné la pousse des champignons sur le bassin lémanique et le Jura.

photo; Wikipedia
photo; Wikipedia

Sol très sec

Affichage aggrandi: Indice d'humidité du sol.
Indice d'humidité du sol.
MétéoSuisse

Le graphique ci-dessus, montre le taux d'humidité du sol à la station de La Chaux-de-Fonds sur l'année 2018. La ligne pointillée représente la capacité du sol en humidité, ici 13%; la climatologie (moyenne) est représentée par la ligne noire. Les zones colorées montrent le surplus (en bleu) et le déficit d'eau (en brun) dans le sol. On remarque que depuis avril, le sol est nettement plus sec que la normale (zones jaune-brunes). Sur le mois d'octobre, ces valeurs deviennent extrêmes, moins de 5% des années ont été aussi sèches que celle-ci. Le sol ne contenait que 2% d'eau, à la place de 12% en moyenne. A Fahy, le déficit est encore plus marqué.

Très peu de pluie

Affichage aggrandi: Précipitations à Longirod des mois de août à octobre depuis 1886
Précipitations à Longirod des mois de août à octobre depuis 1886
MétéoSuisse

Le graphique ci-dessus montre les précipitations sur 3 mois (août à octobre) à Longirod depuis 1886, on remarque que cette année, les précipitations ont été très faibles avec 109.5 mm, il s'agit de la quatrième année la plus sèche (août à octobre) depuis le début des mesures. Les valeurs normales sont de 341 mm. A Genève, 112.7 mm ont été mesurés sur les 3 mois au lieu de 288 mm, il s'agit de la cinquième année la plus sèche depuis 1864. Même constat à La Chaux-de-Fonds où il n'est tombé que 140,5 mm sur les 3 mois ce qui constitue un record depuis 1900, soit environ un tiers de la norme.

On remarque aussi que ces trois dernières années ont été plutôt sèches.

La situation fut moins critique dans les Préalpes où il est tombé généralement plus de 250 mm sur ces 3 mois.

Le début de l'automne coïncide généralement avec le retour du courant d'ouest sur l'Europe centrale. Cette année, le temps fut dominé par un anticyclone, les perturbations circulant sur le nord de l'Europe.

Commentaires (6)

  1. eric gebert, 08.11.2018, 16:12

    Même constat dans le genevois français avec 113mm enregistrés entre le 15 juin et le 15 octobre, un été exceptionnellement sec!

    Réponses

    Répondre à eric gebert

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  2. Pascal_fr_39, 07.11.2018, 18:39

    Même constat du côté occidental du Jura, premier plateau, altitude 550m entre Morez et Lons le Saunier, 259 mm en 5 mois depuis le 1 juin, 40% de la normale, record absolu pour mon poste suivi depuis 1945, précédents records de 289 mm en 1989, 350 en 1972. Inutile de préciser que les ressources en eau potable sont inquiétantes, et qu'il faudra, tout comme de votre côte du Jura, plusieurs épisodes conséquents pour réalimenter la circulation des eaux profondes, soit au minimum 600 mm d'ici fin février. Nous faisions la même analyse il y a juste un an, les cieux avaient ensuite déversé 760 mm de novembre et janvier inclus. Tout est possible dans notre région.

    Réponses

    Répondre à Pascal_fr_39

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  3. Claude Guignard, 07.11.2018, 17:15

    Vos chiffres de précipitations mesurées ces dernies mois sur le
    Jura et l'ouest de la Suisse montrent combien j'ai eu raison dans mes commentaires à vos blogs de dénoncer sans répit la pauvreté générale des pluies par rapport à ce que nous avons connu dans le passé. Les champignons n'ont pas été les seuls à pâtir de cette situation. Les cours d'eau et lacs ont également durement marqué le coup et, il ne faut pas l'oublier, les réserves d'eau souterraines qui demanderont beaucoup de pluies ces prochains mois pour se reconstituer. Pour l'instant on les attend...

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

  4. Maurer, 07.11.2018, 17:09

    Très intéressant. J’ai habité Longirod au début des années 80 et son climat un peu extrême reste marquant. Les faits évoqués ces jours ne m’étonnent pas. Merci de tous vos commentaires très instructifs et à la fois inquiétants pour l’avenir du climat.

    Réponses

    Répondre à Maurer

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension

    1. Chris, 07.11.2018, 19:36

      Bonjour,
      Pourriez-vous svpl juste me dire en quelques mots la particularité du climat de Longirod et à quel niveau il est extrême? Je me passionne à étudier ces endroits!
      Merci d'avance et meilleures salutations.

    2. MétéoSuisse, 09.11.2018, 08:48

      En raison de l’altitude (900 m), la pluviométrie est plus importante à Longirod qu’autour du Léman. Comme le Jura est un endroit propice pour la cueillette des champignons, nous avons illustré nos propos en prenant l’exemple de la station de Longirod.