Contenu

Octobre 2020 le plus chaud en Europe

10 novembre 2020, 8 Commentaire(s)
Thèmes: Climat

Même si ce mois d’octobre 2020 s'est révélé plus frais que la normale en Suisse, il s’est avéré le plus chaud en Europe depuis 1979, selon le service européen Copernicus, c’est-à-dire depuis que ces données sont disponibles.

Répartition en Europe de la température en octobre 2020. L’écart (en °C) à la moyenne 1981-2010 est représenté. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF
Répartition en Europe de la température en octobre 2020. L’écart (en °C) à la moyenne 1981-2010 est représenté. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF

Jamais aussi chaud en Europe

Comme le rapporte le bulletin de Copernicus, à l'échelle continentale, l'anomalie de température moyenne en octobre 2020 a été de 1,6 °C supérieure à la norme 1981-2010, la valeur la plus élevée depuis 1979. Cependant, en octobre 2001 et 2006, les températures n'ont été que légèrement inférieures de 0,1 °C et 0,2 °C respectivement.

On aperçoit clairement une Europe divisée en deux en termes de températures. Le mois qui vient de se terminer a en fait été plus chaud que la norme 1981-2010 pour une grande partie de l'Europe centrale, orientale et septentrionale, en particulier dans les territoires proches de la mer Noire, l’archipel de Svalbard et certaines parties des régions arctiques. En Scandinavie, par exemple, de nouveaux records de chaleur ont été enregistrés avec des valeurs parfois supérieures à 20 °C comme en Finlande et en Suède. Moscou n’a pas encore connu sa première gelée en octobre (la première gelée s’est finalement produite le 9 novembre, soit la plus tardive depuis au moins 1879).

Dans les régions du sud et du sud-ouest de l'Europe, y compris la Suisse et les Alpes, le mois a par contre été plus frais que la moyenne.

Affichage aggrandi: Figure 1. Anomalie de la température mensuelle de janvier 1979 à octobre 2020 en Europe par rapport à la moyenne 1981-2010. Les barres noires montrent les mois d’octobre. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF
Figure 1. Anomalie de la température mensuelle de janvier 1979 à octobre 2020 en Europe par rapport à la moyenne 1981-2010. Les barres noires montrent les mois d’octobre. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF

Chaud également à l’échelle mondiale

A l'échelle mondiale, octobre 2020 a été le troisième mois le plus chaud depuis 1979, avec une température moyenne de 0,62 °C supérieure à la norme 1981-2010. Cependant, les températures des six mois les plus chauds d'octobre sont toutes très similaires : octobre 2020 a été plus frais qu'octobre 2015 et 2019 de moins de 0,1 °C et plus chaud qu'octobre 2016, 2017 et 2018 de moins de 0,03 °C. Ces données montrent que les six mois d’octobre les plus chauds depuis 1979 se sont tous produits ces six dernières années.

Affichage aggrandi: Figure 2. Distribution de l'anomalie de température (en °C) au niveau mondial en octobre 2020 par rapport à la moyenne 1981-2010. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF
Figure 2. Distribution de l'anomalie de température (en °C) au niveau mondial en octobre 2020 par rapport à la moyenne 1981-2010. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF

L'anomalie positive a été particulièrement marquée dans de nombreuses régions au nord du cercle arctique, en Méditerranée orientale, sur le plateau tibétain et dans l'Antarctique oriental. En revanche, dans le centre des Etats-Unis et au Canada, les températures ont été inférieures à la moyenne, ainsi que dans certaines régions asiatiques autour du Tibet.

Les températures de l'air au-dessus des océans ont été largement supérieures à la normale, bien que dans le Pacifique tropical, elles aient été inférieures à la moyenne en raison du phénomène La Niña qui est en cours.

Beaucoup de pluie en Europe

Dans le panneau gauche de la Figure 3, les anomalies de précipitations mensuelles calculées par le service Copernicus montrent qu’il a plu davantage en octobre que la norme 1981-2010 sur une grande partie du continent européen. L'anomalie apparaît clairement dans la région alpine, sur le côté tyrrhénien de la péninsule italienne, sur les principales îles méditerranéennes, dans l'ouest de la France et la majeure partie de l'Espagne, dans les îles Britanniques, dans la majeure partie de la Scandinavie et dans une partie de l'Europe centrale et orientale entre l'Autriche et la Pologne. En Europe occidentale, la distribution spatiale de l'anomalie des précipitations reflète largement celle de la température (panneau de droite de la Figure 3) : en général, là où les températures ont été inférieures à la normale, des précipitations plus abondantes que la moyenne ont également été mesurées. Cela s'explique par la configuration synoptique dominante du mois d'octobre : une vaste zone dépressionnaire entre l'Atlantique et l'Europe occidentale a transporté de l'air plus frais et plus humide venant du nord vers la péninsule Ibérique et la Méditerranée et a favorisé des apports humides du sud vers les Alpes et la péninsule italienne. Dans certaines régions de France, de Suisse et d'Italie, la plupart des précipitations d'octobre ont été causées par la tempête Alex, qui a provoqué des pluies extrêmes au début de ce mois.

Affichage aggrandi: Figure 3. Anomalie des précipitations (à gauche, en mm/jour) et de la température (à droite, en °C) mensuelles en octobre 2020 à l’échelle européenne par rapport à la moyenne 1981-2010. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF
Figure 3. Anomalie des précipitations (à gauche, en mm/jour) et de la température (à droite, en °C) mensuelles en octobre 2020 à l’échelle européenne par rapport à la moyenne 1981-2010. Source : Copernicus Climate Change Service / ECMWF

Un mois d’octobre frais et pluvieux en Suisse

En octobre, la température a été inférieure à la norme 1981-2010 de 0,8 °C en Suisse romande, de 0,2 à 0,4 °C sur le Plateau central et oriental. Dans les régions de plaine du Sud des Alpes, elles se sont situées entre 0,5 et 1 °C en dessous de la normale. Dans les régions alpines de basse altitude, elles ont été entre 0,5 et 1,5 °C, en moyenne et haute montagne, entre 1,5 et 2,1 °C en dessous de la norme 1981-2010. En moyenne nationale, la température en octobre a été inférieure à la norme 1981-2010 de 1,2 °C. 

Les précipitations ont atteint l’équivalent de 190 à 250 % de la norme 1981-2010, localement jusqu’à 300 % du Haut-Valais aux Alpes centrales et du Sud des Alpes jusqu’au Nord et Centre des Grisons. Dans les autres régions, il est tombé l’équivalent de 130 à 180 %, localement près de 200 % de la normale. Plusieurs stations disposant de plus de 60 ans de mesures homogénéisées ont connu un des mois d’octobre les plus pluvieux.

Le bulletin climatologique d'octobre 2020 donne un aperçu complet de la situation en Suisse.

Commentaires (8)

  1. Jujul, 14.11.2020, 20:04

    Lorsque je vois les dates et les courbes de température, à l’ère de la 5G, je m’interroge: quant est il des ondes électromagnétiques générées , sachant que toute onde véhicule de l’énergie? Sachant aussi que ne tient qu’à nous d’éteindre son portable, wifi....

    1. MétéoSuisse, 17.11.2020, 02:14

      Bonjour, les ondes électromagnétiques n'ont pas d'influence sur le climat, mais tous ces appareils ont un impact indirect via notamment l'énergie nécessaire à leur fabrication et élimination.

  2. Lea Ripoll, 11.11.2020, 01:28

    Wao, cet article est passionnant, inquiétant, mais passionnant.

  3. novembre dans le même panier, 10.11.2020, 22:10

    Ne niez pas le réchauffement climatique, il est créé par l'homme, la preuve ici 20h France 2 du 02 février 2007 - Le réchauffement climatique | Archive INA sur YouTube, 1er sujet

  4. novembre dans le même panier, 10.11.2020, 17:31

    Bonjour, novembre est tout aussi chaud, ce matin 13 degrés à Aigle, c est juste largement trop haut . Quand allez vous entendre le réchauffement climatique ? Il y a 20 25 ans il faisait presque 0 a la même période, alors quand allez vous entendre que le climat fait vraiment des siennes ?

    1. MétéoSuisse, 12.11.2020, 16:32

      Ce ne sont pas des températures mesurées en un point à un moment donné qui permettent d'observer le réchauffement climatique, mais l'évolution des températures moyennes sur une longue période pour une grande région (et en moyenne globale).

  5. Claude Guignard, 10.11.2020, 15:45

    Il n'y a rien à ajouter à vos excellents commentaires sauf que, sans surprise pour tous ceux que préoccupe le réchauffement climatique, ce dernier non seulement se poursuit inexorablement mais montre une tendance à l'accélération, par ailleurs prédite. On ne peut donc que déplorer que toutes les instances censées prendre des mesures efficaces, et forcément contraignantes à défaut d'être volontaires, se montrent totalement incapables de la moindre réaction. Un desastre.

    1. Golliard D., 15.11.2020, 14:11

      M. Guignard, vous n'arrêtez pas de clamer presque dans chaque blog que le réchauffement climatique est de notre faute et que les autorités ne font rien. J'espère que vous ne parlez pas des autorités suisses car sinon vous êtes de mauvaise foi. Quantité de nouvelles normes contraignantes sont mises en œuvre de plus en plus fréquemment en ce qui concerne le chauffage, les industries, le transport (routier automobile en particulier, ce qui est très difficile à réaliser de part des constructeurs soi-dit en passant...). On ne peut décemment pas aller plus vite ! Et n'oubliez pas que si demain la Suisse, dans une supposition utopique, stoppait totalement ses émissions de Co2, alors que les autres pays, en particulier la Chine, les USA, l'Inde, le Sud est asiatique entre autres, continuent ou même augmentent leurs émissions, il n'y aura aucune, mais absolument aucune amélioration de la situation dans notre pays, quoiqu'on fasse !