Contenu

Front de foehn dans le Chablais

25 novembre 2020, 22 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

MétéoSuisse est responsable de faire tourner les feux à éclipse sur le Léman lorsque des rafales à plus de 25 nœuds sont attendues, quelle qu’en soit la cause (Bise, orages, etc…). Une de ces causes est l’occurrence de foehn sur le Haut-Lac en provenance du Chablais. Comment prévoir ces rafales de foehn ? On pourrait penser qu’il suffit – une fois le foehn levé à Aigle – d’extrapoler un peu en fonction de sa vitesse pour prévoir sa survenue sur le Haut-Lac. Il n’en est rien, et cet article vous explique pourquoi ! C’est un peu long, mais il y a beaucoup d’images…

Climatologiquement, c’est en automne et au printemps que les épisodes de foehn sont les plus fréquents ; ils se produisent parfois en hiver, et sont extrêmement rares en été. Autrement dit, c’est lorsque le lac Léman est froid (disons moins de 10°) que le foehn se produit généralement.

Une masse d’air en contact avec un lac d’une telle superficie va être fortement influencée par lui, en particulier en ce qui concerne sa température et son taux d’humidité. Ainsi se formera, au-dessus du lac, une couche d’air froid, dense (donc lourd) et humide d’une certaine épaisseur (en général quelques centaines de mètres) ; la limite supérieure de cette couche est généralement marquée par une ligne de brume horizontale bien visible, comme sur l’image ci-dessus.

Comme le savent désormais bien les lecteurs de ce blog, une masse d’air « foehnée » présente les caractéristiques exactement inverses, à savoir une température élevée, une faible densité et un taux d’humidité très bas. 

En situation de foehn, c’est entre autres dans le Chablais qu’a lieu la confrontation entre ces deux masses d’air, véritable bras de fer dont l’issue dépend de nombreux facteurs tels que la force du foehn, la densité respective des masses d’air en présence, l’épaisseur de la couche d’air froid ou encore l’instabilité ambiante.

Affichage aggrandi: Schéma explicatif de la confrontation entre le foehn et le lac d’air froid présent sur le Léman. Le foehn – plus léger – surmonte le lac d’air froid, généralement animé d’un courant en sens inverse appelé « contre-foehn ». L’issue de ce bras de fer dépend de nombreux facteurs qu’il appartient au météorologue d’évaluer pour envisager un avertissement pour le Haut-Lac.
Schéma explicatif de la confrontation entre le foehn et le lac d’air froid présent sur le Léman. Le foehn – plus léger – surmonte le lac d’air froid, généralement animé d’un courant en sens inverse appelé « contre-foehn ». L’issue de ce bras de fer dépend de nombreux facteurs qu’il appartient au météorologue d’évaluer pour envisager un avertissement pour le Haut-Lac.
Source : MétéoSuisse – Google maps

Le 23 novembre 2019, le foehn se lève à Aigle en matinée entre 10 et 11h. A partir de ce moment-là et jusqu’à 14h environ, la limite entre le lac d’air froid et le foehn restera très proche de la station de MétéoSuisse d’Aigle. De fait, à 13h50, cette dernière est à nouveau englobée par le courant froid (appelé « contre-foehn »), comme on peut le voir sur le graphique ainsi que sur la deuxième image ci-dessous.

Affichage aggrandi: Lac d’air froid surmonté par le foehn vu depuis les Rochers-de-Naye à 13h50 (locale). A ce moment-là, l’air froid, humide et dense – matérialisé par la brume – s’étend jusqu’à Aigle.
Lac d’air froid surmonté par le foehn vu depuis les Rochers-de-Naye à 13h50 (locale). A ce moment-là, l’air froid, humide et dense – matérialisé par la brume – s’étend jusqu’à Aigle.
Source : Roundshot.ch - MétéoSuisse
Affichage aggrandi: Températures (à gauche) et taux d’humidité (à droite) du 23 novembre 2019 à 13h50. Les températures supérieures à 13° ainsi que les taux d’humidité inférieurs à 52 % apparaissent en rouge et correspondent peu ou prou au foehn. On voit que – surmontant le lac d’air froid du Léman – le foehn souffle jusqu’à Oron (flèche rouge).
Températures (à gauche) et taux d’humidité (à droite) du 23 novembre 2019 à 13h50. Les températures supérieures à 13° ainsi que les taux d’humidité inférieurs à 52 % apparaissent en rouge et correspondent peu ou prou au foehn. On voit que – surmontant le lac d’air froid du Léman – le foehn souffle jusqu’à Oron (flèche rouge).
Source : MétéoSuisse

Pour venir à bout du lac d’air froid, le foehn ne se contente généralement pas de le repousser vers le nord, mais il tente également de le « raboter » par le haut afin de l’amincir, voire de le percer localement jusqu’au sol à l’aide de turbulences. Lorsque la masse d’air froid est suffisamment humide, ces dernières sont parfois visibles par des filaments de brume (ou de stratus) arrachés à la couche supérieure. Ces filaments de brume sont visibles (pas très bien…) sur l’image ci-dessous.

En cette journée du 23 novembre, c’est sur la rive droite du Rhône et en direction de la Riviera vaudoise que le foehn finira par prendre provisoirement l’avantage sur le lac d’air froid. A 14h30 locale, aussi bien les relevés aux stations que l’image de la webcam des Rochers-de-Naye laissent entrevoir cette évolution. Côté valaisan et sur la rive française du Léman en revanche, rien ne bouge, et le lac d’air froid reste solidement ancré ; à cette même heure, la station du Bouveret donne en effet une température de 9°C pour un taux d’humidité de 78 % et pas le moindre souffle de vent.

Ce n’est sans doute pas un hasard si le foehn descend jusqu’en plaine le long du versant vaudois des Préalpes, et pas du côté des Portes-du-Soleil. En effet, ce versant est bien plus ensoleillé que le versant valaisan et fait face au rayonnement de l’après-midi. Par conséquent, le réchauffement du sol y est nettement plus marqué, ce qui augmente l’instabilité de la masse d’air à cet endroit, provoque des turbulences et favorise grandement la pénétration du foehn à basse altitude.

Affichage aggrandi: A 14h30, un bras de foehn a réussi à poser jusqu’en plaine dans la région de Villeneuve et à s’infiltrer le long de la Riviera Vaudoise jusqu’à Montreux environ.
A 14h30, un bras de foehn a réussi à poser jusqu’en plaine dans la région de Villeneuve et à s’infiltrer le long de la Riviera Vaudoise jusqu’à Montreux environ.
Source : Roundshot.ch - MétéoSuisse
Affichage aggrandi: Lorsque l’on considère l’évolution des températures et du taux d’humidité aux stations de Montreux et de la Tour-de-Peilz, le doute n’est toutefois plus permis. A 14h30 locale (flèches rouges), le foehn (encadré rouge) souffle bel et bien, même si le taux d’humidité est encore élevé, en particulier à Montreux.
Lorsque l’on considère l’évolution des températures et du taux d’humidité aux stations de Montreux et de la Tour-de-Peilz, le doute n’est toutefois plus permis. A 14h30 locale (flèches rouges), le foehn (encadré rouge) souffle bel et bien, même si le taux d’humidité est encore élevé, en particulier à Montreux.
Source : MétéoSuisse

C’est entre 15h et 15h30 que le foehn atteindra son extension maximale, comme on peut le voir sur l’image de la webcam des Rochers-de-Naye de 15h20. En effet, la brume matérialisant le lac d’air froid s’est retirée vers le nord et des risées sont visibles sur le lac au large de Territet. On constate également sur cette image que l’air froid et humide englobe toutefois encore toute la rive française du lac depuis le Bouveret. De fait, la station de MétéoSuisse du Bouveret (point rouge) marque la frontière entre les deux masses d’air. Elle sera très brièvement englobée dans l’air foehné à 15h locale (14 UTC), comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous.

Conclusion

La tempête du 23 novembre 2019 fut assez violente en montagne et dans certaines vallées alpines, en particulier en Suisse alémanique. Ainsi, 147 km/h furent mesurés à Andermatt et 126 km/h à Meiringen. En plaine chablaisienne, ces valeurs furent nettement plus modestes avec seulement 74 km/h à Aigle.

Il est intéressant de relever qu’au Bouveret, ce fut le contre-foehn qui fut à l’origine de la rafale la plus élevée de cette journée avec 83 km/h en vent de nord-ouest à 11h50 locale, alors que le foehn fut quant à lui à peine perceptible.

Affichage aggrandi: Rafales maximales en km/h (en vert) et direction du vent en degrés (points rouges) pour la station du Bouveret le 23 novembre 2019. On constate que la rafale maximale de 83 km/h se produit en milieu de journée avec une orientation de 303 degrés (NNW) ; il s’agit donc de contre-foehn, probablement renforcé par une turbulence de foehn à proximité.
Rafales maximales en km/h (en vert) et direction du vent en degrés (points rouges) pour la station du Bouveret le 23 novembre 2019. On constate que la rafale maximale de 83 km/h se produit en milieu de journée avec une orientation de 303 degrés (NNW) ; il s’agit donc de contre-foehn, probablement renforcé par une turbulence de foehn à proximité.
Source : MétéoSuisse - GIN
Affichage aggrandi: Points rouges : direction du vent en degrés (échelle de droite) ; ligne rouge : température. Le foehn ne se lèvera que brièvement vers 15h locale et sera à peine perceptible. Il fera en revanche grimper les températures de 5° en quelques minutes.
Points rouges : direction du vent en degrés (échelle de droite) ; ligne rouge : température. Le foehn ne se lèvera que brièvement vers 15h locale et sera à peine perceptible. Il fera en revanche grimper les températures de 5° en quelques minutes.
Source : MétéoSuisse - GIN

Comme on le voit, le comportement du foehn dans le Chablais (et au débouché de chaque vallée alpine d'ailleurs) n’est pas simple. L’exemple du 23 novembre 2019 montre que si – dans la grande majorité des cas – l’on peut être raisonnablement certain qu’il soufflera à Aigle et ne soufflera pas à Lausanne, entre ces deux stations tout est possible et dépend d’une multitude de facteurs. L’exemple ici choisi montre un front de foehn mobile et mouvant, ce qui est très souvent le cas. Ainsi, les rafales de foehn peuvent alterner avec des périodes de calme au gré des fluctuations de ce front. Il est aussi possible que le foehn soit fort au large du Bouveret ou de Territet et inexistant au large de Vevey. Enfin, comme on l’a vu, les mouvements de l’air froid lui-même (contre-foehn) peuvent être significatifs et sont très difficiles à prévoir.

En d’autres termes, la sécurité « météorologique » des navigateurs sur le Haut-Lac dépend dans une certaine mesure de MétéoSuisse, mais également de la capacité de chacun à comprendre la situation météo, les dangers qui y sont associés et les limites des avertissements existants.

Cet article devrait y contribuer.

Commentaires (22)

  1. réponse à Alain, 26.11.2020, 15:41

    Bonjour Alain, étant habitant Orsières, je peux aussi assurer que le foehn peut parfois être vraiment fort, et je me rappelle bien l'épisode du 23 novembre 2019, et surtout celui du 15 décembre, c'était méga fort,

    1. Alain, 26.11.2020, 20:16

      Bonjour. Je suis d'accord avec vous. J'ai dû mal m'exprimer. Je disais que le temps peut être calme à Champex alors que le foehn souffle à Orsières. Je dis peut car ce n'est pas à chaque situation de foehn pareil.
      Je me rappelle d'un jour où je suis allé randonner dans la région Col de la Forclaz-Trient et qu'au retour, un peu avant Bovernier, tout à coup des nuages de feuilles volaient. Le foehn soufflait en tempête, y compris à Orsières. J'étais même inquiet car quelques branches mortes étaient tombées sur la route qui zigzague au-dessus d'Orsières m'attendant à une augmentation de la force du vent avec l'altitude. Et contrairement à ça, le foehn soufflait moins à en approchant de Champex et même pas du tout au village. Et le temps est resté calme, le foehn n'a jamais soufflé à Champex lors de cet épisode... à mon plus grande déception !

  2. Xavier P., 26.11.2020, 14:21

    Votre acticle est remarquable; le texte est concis, les légendes, les informations ajoutées aux graphiques sont précises et les infographies sont remarquables. Bravo pour synchronisation "en temps réel" des images des webcams et les données MétéoSuisse. Hautement pédagogique. Merci.

  3. Delafontaine Patricia, 26.11.2020, 13:09

    C’est si complexe, la météo, que ça n’est pas évident à comprendre! Merci pour vos explications toujours passionnantes

  4. Alain L., 26.11.2020, 09:39

    Belle démonstration parfaitement illustrée par une infographie limpide et efficace !

  5. renusa, 26.11.2020, 09:04

    Quelle belle leçon de meteo. A Gryon le foehn descend d'Anzeindas et provoque des dégâts dans cette vallée de la Barboleusaz tres ouverte sud-nord-ouest. Merci infiniment de votre gran expose. Cordialement

  6. Alain, 26.11.2020, 05:45

    La différence de pression atmosphérique entre, en gros, Sion et Lausanne n'entre pas en jeu pour décider l'allumage des feux sur le Léman ?
    J'ai passé mon enfance à St-Maurice. On appelait le contre-foehn "la bise". Parfois le foehn était tellement violent qu'on l'entendait dans les montagnes sans qu'il n'arrive jamais à se poser en plaine. Et d'autres fois, à ma grande surprise, je partais à vélo par foehn pas très fort et il m'accompagnait jusqu'au Bouveret.

    1. MétéoSuisse, 26.11.2020, 11:35

      Bonjour, c'est un paramètre qui est pris en compte pour la prévision et pour essayer d'anticiper l'arrivée du foehn sur le lac, mais nous n'allons pas automatiquement allumer les feux dès qu'un certain seuil de différence de pression est atteint. Il y a d'autres facteurs qui entrent en jeu.

  7. Julien V., 25.11.2020, 21:34

    Je me souviens très bien de cette journée, à La Tour-de-Peilz les rafales ont changé de côté régulièrement et le mercure a pris des montagnes russes toute l'après-midi, j'étais surpris de voir que le foehn ne soufflait pas au Bouveret alors qu'ici oui, je comprends mieux maintenant. Merci beaucoup !

  8. Florian Hermanjat, 25.11.2020, 21:11

    Eh-ben...mais le stratus tellement incalculable: quand il va s'envoler?
    Vous le devrait trouver, ce temps tellement beaucoup plus surportable
    pour prèsque la majeur de la nature et nous humain aussi. Sinon on doit
    devenir des fugitifs pour le Sud! Merci pour votre intention de nous informer comme il faut...si la liberté revienne(), tous savent bien que la santé est la science la plus importante...aussi pour le climat!

  9. Claude Guignard, 25.11.2020, 17:52

    Cette remarquable étude démontre l'effet du relief, d'une part, et des mouvements de masses d'air, d'autre part, sur un climat local. Si l'effet du foehn est particulièrement spectaculaire au débouché de la vallée du Rhône, on s'étonne qu'un phénomène semblable ne se manifeste pas au sortir de la vallée de la Drance et de celle de l'Arve. Il existe peut-être mais la configuration ne lui permet pas d'être visible. On peut aussi relever le SW qui, lorsqu'il se pose à Genève, repousse l'air froid qui stagne ou l'air frais du lac et fait gagner localement quelques degrés.

  10. pierre, 25.11.2020, 16:21

    Bonjour, vous dites que le foehn descend des préalpes vaudoises et non des Portes du Soleil.
    Pourtant, ce fameux 23 novembre le foehn a causé de nombreux dégâts dans la vallée d'Illiez. De nombreux arbres ont été couchés et les lignes électriques avec. Il a soufflé à plus de 100 km/h par endroit d'après les sources locales. Salutations.

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 17:45

      Bonjour,
      il n'est dit nul part dans l'article que le foehn descend des Préalpes vaudoises et pas des Portes-du-Soleil. Ce que nous mettons en évidence, c'est que le lac d'air froid - de quelques centaines de mètres d'épaisseur - présent dans la plaine chablaisienne est "chassé" vers le Léman du côté des Préalpes vaudoises et pas du côté des Portes-du-Soleil.
      Il est du reste précisé au début de la conclusion que la tempête de foehn fut violente en montagne ; cela inclut également le Val d'Illiez.
      Meilleures salutations.

  11. Ed, 25.11.2020, 15:37

    Merci pour cet exposé sur la météorologie locale, tellement spécifique avec l'influence des reliefs et des lacs !

    Je serai heureux de voir la même chose pour d'autres lacs, à commencer par Neuchâtel et son joran !

  12. noel, 25.11.2020, 14:27

    Quelle analyse scientifique...je suis sidéré
    Un grand merci pour vos compétences

  13. même pas un souffle de vent, 25.11.2020, 14:24

    Bonjour le 23 novembre pas un soupçon de vent, tout était calme même a haute altitude, à la Rts, rien à été dit, et ce weekend du foehn est annoncé mais il ne sera pas particulièrement fort selon Mr Jeanneret rts hoer 20h. De combien de km h le foehn aurait il soifflé lundi matin à Aigle que l'on rigole,

    1. MétéoSuisse, 25.11.2020, 17:48

      Bonjour,
      l'article parle du 23 novembre 2019, pas de lundi dernier.
      Meilleures salutations.

    2. Anto, 25.11.2020, 22:29

      Ahahaha mais c'est le meilleur commentaire de l'app meteosuisse.
      Grand merci en tt cas pour ces explications limpides, c'est toujours une merveille de vous lire !

  14. René Rappaz, 25.11.2020, 14:16

    Bonjour et merci pour ce magnifique développement des situations parfois complexes de ce vent bien présent dans notre région. Il arrive plus ou moins régulièrement d'être au calme à 900m (Vérossaz) alors qu'en plaine, juste au-dessous, le Foehn souffle fortement avec un bruit qui monte sur les hauteurs. A contrario, ce vent peut souffler fortement ici et la brume enveloppe la plaine juste au-dessous, sans vent. En novembre, en principe le mois du Foehn, cette année on pensait passer entre les "gouttes". Salutations et merci encore

    1. Alain, 26.11.2020, 06:15

      J'ai constaté pareil à Champex-Lac: le foehn peut être fort à Sembrancher et Orsières et pas un souffle à Champex, juste au-dessus.
      L'orientation du flux général d'altitude n'a-t-elle pas une influence sur les régions de plaine et les vallées qui seront soumises au foehn?
      Il me semble que par courant de S à SE, le foehn souffle plus facilement à Sion qu'à St-Maurice. Alors qu'avec une orientation plus SW, le foehn peut souffer dans le Chablais et pas dans le VS central.

    2. MétéoSuisse, 26.11.2020, 11:39

      Bonjour, oui exactement, le foehn souffle plus facilement dans le Chablais par situation de SW et entre Viège et Sion par situation de SE.

  15. Xavier, 25.11.2020, 14:15

    Un grand merci pour ce passionnant décryptage.
    Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la genèse de cet étonnant "contre-foehn" pour le moins contre-intuitive.