Contenu

Bilan de masse du glacier Basodino

13 novembre 2020, 6 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Après un hiver 2019/2020 durant lequel les chutes de neige ont été proches de la moyenne de la période de mesure, qui a débuté au début des années 1990, l'été a été généralement chaud, surtout en août et au début du mois de septembre. Le bilan total du glacier est en déficit d'un bon demi-mètre d'équivalent en eau. Il aurait pu être bien plus élevé s'il n'y avait pas eu de chutes de neige, en particulier celles de début août qui ont eu pour effet de freiner la fonte des glaces au moment le plus critique.

Glacier vu d'un planeur le 4 septembre 2020 (photo Christine Levy). La neige fraîche tombée les derniers jours d'août n'a que temporairement bloqué la fonte.
Glacier vu d'un planeur le 4 septembre 2020 (photo Christine Levy). La neige fraîche tombée les derniers jours d'août n'a que temporairement bloqué la fonte.

le Glacier du Basòdino

Avec une superficie de 2 km2, le Glacier du Basòdino est le plus étendu du Tessin. Sa limite inférieure se situe actuellement à environ 2500 m, et sa limite supérieure à 3120 m, ce qui laisse dénudée la cime du même nom, culminant à 3273 m. Situé au fond du Val Bavona, c'est aussi le glacier le plus facile à admirer grâce au téléphérique San Carlo – Robiei (Office du tourisme du Tessin).

La campagne de mesures 2020

Un premier contrôle estival effectué le 20 août 2020 a montré que la situation du glacier était généralement équilibrée : sur une grande partie du glacier, il y avait encore de la vieille neige, cachée par de la neige fraîche tombée durant les premiers jours d'août. Les pertes de glace sur la langue n'avaient pas encore atteint le mètre. À la fin du mois d'août, il est à nouveau tombé un peu de neige sur le glacier mais a fondu en grande partie.

La campagne de mesures "principale", avec le repositionnement des piquets, a été effectuée le 11 septembre, juste avant une autre chute de neige qui semblait clore la saison. La partie supérieure du glacier n'a pratiquement plus subi de pertes significatives. Mais une période très chaude à la mi-septembre (qui s'est avéré être le mois de septembre le plus chaud dans le monde) a engendré des pertes dans la partie inférieure du glacier, de près d'un demi-mètre de glace en 10 jours. Une dernière sortie, organisée le 21 septembre, le jour où la masse de glace s'est avérée la plus basse de 2020, puisque les jours suivants, il a neigé de manière plus importante.

Le bilan

Sur la base des valeurs mesurées aux différents piquets, et à partir des observations du manteau neigeux et de la morphologie du glacier, la valeur (de perte ou de gain) est déterminée pour des tranches d'altitude de 100 m en 100 m. Cette valeur (rectangles dans la figure 3) est pondérée par la surface de la tranche d'altitude considérée. La somme des volumes des différentes bandes donne le volume total (gagné ou perdu) du glacier. Ce volume, divisé par la surface du glacier, conduit au bilan net (représenté par les couleurs violettes dans le graphique de la figure 2). Dans notre cas, cette dernière année 2019/2020, se solde par un déficit de -55 cm d'équivalent eau.

Quelques photos des trois campagnes de mesure de l'été 2020

Commentaires (6)

  1. Chapuis Fabien, 14.11.2020, 08:22

    Les glaciers fondent, c'est une vérité vieille depuis des siècles. Il y a 30000 ans, le glacier du Rhône allait jusqu'à Lyon et faisait 200 m d'épaisseur... 30000 ans représente 300 siècles... Donc, si au cours de notre siècle, le un millionième de la glace restante fond, ça serait juste de la logique pure et sans parler de réchauffement climatique....!

  2. Denis Glauser, 14.11.2020, 07:06

    Certe, c’est triste de voir nos décors changer...Mais dans ce contexte, on oublie toujours de dire qu’il y a 20000....10000 ans en arrière, notre pays était sous 800 m de glace....! Qui là fait fondre depuis..? Les preuves sont partout dans le Jura....Des blocs erratiques dans tout les coins...Un exemple...La pierre féline sur l’aire d’autoroute de Nyon...!!! Merci à vous,MeteoSuisse...DG

  3. Claude Guignard, 13.11.2020, 18:18

    Depuis le milieu du 18e siècle, à la fin du petit âge glaciaire, les glaciers des Alpes reculent. Avant même que l'on parle de réchauffement climatique. Un exemple frappant ressort de la comparaison des photos du glacier du Rhône prises en 1830 et aujourd'hui. Au Basodino on a l'évolution d'un an et cela permet une bonne étude de l'évolution à court terme des glaciers. Les Alpes ont déjà connu des glaciers moins étendus qu'à ce jour. On y reviendra même avec un réchauffement climatique hypothétiquement réduit. Il faut s'y faire.

    1. jojoski, 13.11.2020, 20:00

      Vers 1830 -1850 les glaciers alpins étaient en forme exceptionnelle , un des pics sur les derniers milliers d'années . Pas étonnant qu'ils aient régressé en 2° partie du 19 ° qui semble assez seche, les grandes étendues se retrouvant loin sous l'altitude de la ligne d'équilibre (ELA) remontée plus haut à des valeurs plus habituelle, ont vite été attaquées .
      Pour les périodes de retrait nettement plus important qu'actuellement , optimum climatique de l'Holocène, le problème est de voir combien de temps ça a pris pour remonter ainsi , quelques siècles de climat type 2010-2020 ça ferait très très mal aussi ..avec un climat 1960 -1985 et des étés du genre 1977 -1982 , en revanche beaucoup reprendraient un peu d'enbonpoint .

  4. moulherac anne elisabeth, 13.11.2020, 16:05

    merci pour ce commentaire bien documenté, bilan de masse mitigé cet été , moins alarmant cependant que d'autres étés,
    et bravo aux chêvres glaciologues !

    1. gandalfdesneiges, 13.11.2020, 23:41

      Aaah la légende des glaciers que me contait mon grand-père...