Les vents du léman

4 juin 2018, 23 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

Les vents du Léman peuvent être répartis dans plusieurs catégories, vents de gradient, brises thermiques et vents d'orage. Ils ont chacun leur nom et sont dépendant de la situation synoptique.

Planches à voile sur plan d'eau
Planches à voile sur plan d'eau

Généralités

Ce texte provient en grande partie d'un document de travail de MétéoSuisse élaboré par Anick Haldimann. Il fait aussi référence à des documents de :

Y. Ganter (notes diverses)

Société Internationale de Sauvetage du Léman

Climat et météorologie de la Suisse romande, M. Bouët

Le Léman vivant, P. Schauenberg

Le lac Léman est caractérisé par deux grands régimes de vents canalisés entre le Jura et les Alpes: la bise qui souffle du nord-est, et le Vent proprement dit qui est le plus souvent du sud-ouest. Les vents d’ouest francs ainsi que le Joran du nord-ouest sont plus rares et moins durables. Quant aux vents du sud (foehn), ils prennent le nom de vaudaire et soufflent du sud-est sur le Haut-Lac.

En été, lorsque la Suisse est sous l'influence des hautes pressions, le vent de gradient cède la place au régime de brise. Les différences d'échauffement le jour et de refroidissement la nuit, particulièrement marquées entre le lac et les côtes, donnent naissance à des vents locaux, appelés aussi brises ou vents thermiques. Le jour ces brises soufflent du centre du lac vers les côtes plus chaudes, et inversement la nuit. Les brises lacustres sont faibles, elles soufflent généralement entre 5 et 10kt (2 à 3 Bf) l’été et sont quasi nulles en hiver.

Les vents d'orages se produisent sous forme de coups de tabac, lorsque les orages débordent des reliefs en direction du Léman. Ces coups de vent, parfois violents sont de courte durée et se produisent plutôt durant la saison estivale.

La bise

Affichage aggrandi: Bise sur le léman
Bise sur le léman
MétéoSuisse

La bise est le vent le plus caractéristique du léman. Elle s’établit lorsqu'une haute pression recouvre les îles Britanniques et une basse pression, l'Italie.

La bise souffle du NE sur le Petit et le Grand-Lac. Sur le Haut-Lac, elle est ralentie par les Alpes vaudoises et déviée en direction de l'embouchure du Rhône,  elle souffle alors du NNW. Elle est nettement dominante dans la première moitié de l’année, notamment au printemps, minoritaire dans la seconde moitié. Souvent persistante, elle peut souffler plusieurs jours consécutifs. La prétendue règle relative à la durée de la bise 3, 6 ou 9 jours- n’est pas vérifiée. Les bises d’été sont plutôt courtes, celles d’hiver plus longues (surtout de décembre à mars). La bise la plus longue a été relevée en février 1956, elle a duré 15 jours consécutifs. Le début et la fin d’une bise franche sont peu nets, contrairement au foehn par exemple. Un signe précurseur est l’encapuchonnement des Préalpes de Savoie (qui persiste avec la bise). En règle générale la bise apparaît après une période pluvieuse et ne la précède pour ainsi dire jamais.

La vitesse de la bise est comprise entre 3 et 9 Bf. Les bises violentes sont cependant rares. Des rafales atteignant 100 km/h ont déjà été mesurées à Genève, où la canalisation entre le Jura et les Préalpes tend à la renforcer. Une forte bise, couplée à des températures négatives peut causer des dégâts dans les ports en raison du gel instantané des embruns.

La bise noire

Affichage aggrandi: Bise noire
Bise noire
MétéoSuisse

La bise est qualifiée de noire lorsqu’elle s’accompagne d’un temps très nuageux et parfois pluvieux. Cette situation, fraîche et humide, est rare et survient surtout en automne et en hiver. La bise noire souffle par haute pression sur l’Atlantique et dépression active sur la Méditerranée. Dans ce cas le courant bas est de nord-est mais au-dessus de 2000m environ il est surmonté d’un courant chaud de sud à sud-est. La Bise noire est parfois aussi liée à la présence d’une goutte froide au voisinage des Alpes.

Le Vent

Affichage aggrandi: Le Vent
Le Vent
MétéoSuisse

Le Vent, appelé parfois  "Sudois ", " Vent du sud-ouest", ou " Vent de Genève ", est un des principaux vents du Léman. Il correspond aux situations où règne un courant général d’ouest à sud-ouest sur le continent européen, soit une basse pression sur les îles Britanniques et une haute pression sur le sud de l'Europe. Canalisé par le relief, sa direction est SW sur le Peti- Lac et sur le Grand-Lac. Dévié par les hauts sommets, il pivote à l’ouest puis à WNW sur le Haut-Lac en allant vers l'embouchure du Rhône où l’on peut rencontrer alors une sorte de tourbillon. Mais il est plus rare sur cette partie du lac. C’est un Vent régulier, qui apparaît en toute saison, avec une vitesse très variable, comprise entre 3 et 7 Bf. Il précède souvent le passage de perturbation. Le vent peut cependant donner d'importantes rafales au passage de fronts, notamment en été lorsque ceux-ci sont précédés ou accompagnés d'orages. En hiver lorsque de profondes dépressions traversent le nord et le centre de l'Europe, le Vent peut être tempétueux et dépasser les 100km/h. Le Vent se distingue parfois mal du Rebat. Un franc vent d’ouest est rare sur le Léman.

 

Le Vent blanc

Le vent blanc est le nom donné au vent chaud de direction de SW qui souffle en été par temps bien ensoleillé. Il se manifeste lorsqu'une basse pression recouvre les îles britanniques et une haute pression le sud de l'Europe. Son rayon d'action se limite pour l'essentiel au Petit-Lac et parfois au Grand-Lac. Le Vent blanc s'étend rarement jusqu'au Haut-Lac, sauf s'il est fort et précède le front froid (à ce moment le ciel est déjà nuageux). Le vent blanc atteint généralement 3 à 4 Bf et se manifeste le plus souvent entre 12 et 20h. Son effet sur la température est remarquable, principalement à Genève, où le maximum peut gagner 2 à 3° par rapport aux autres localités du Léman. Lorsque le Vent blanc est faible (1-3 Bf), il ne souffle que sur le Petit-Lac. On a alors souvent du Vaudron (SE) sur le Grand-Lac.

On parle parfois de Maurabia lorsqu’en été le Vent blanc donne l’impression de souffler au ras de l’eau, sans faire bouger les feuilles des arbres, en provoquant de belles vagues déferlantes.

Le joran

Affichage aggrandi: Le Joran
Le joran
MétéoSuisse

Le Joran est un vent de direction NW, relativement froid, qui descend du Jura vers le Léman. Il existe deux types de Joran, un Joran assez régulier qui se lève après le passage d’un front froid, et le Joran d'orage. Le Joran est un vent difficilement prévisible qui peut s’abattre avec fougue sur le lac.

Le Joran d'orage, de courte durée, donne en été de gros coups de tabac sur le Petit et le Grand-Lac, lorsque des orages bien développés sur le Jura débordent et déversent leur air froid sur le plan d'eau. Le Joran d'orage est souvent dangereux pour les navigateurs car brutal et parfois violent.

Le Joran qui se lève lors d'un afflux d'air polaire, après le passage d'un front froid, peut donner des rafales lors de sa mise en place, pendant une heure ou deux. Mais ces rafales sont nettement moins fortes que celles du Joran d'orage. Ensuite il mollit et donne un vent plutôt régulier apprécié des navigateurs. Il est souvent accompagné d'un mur nuageux qui borde le Jura (rouleau de Joran) et parfois de lignes de cumulus parallèles au Jura. Ce type de Joran peut s'étendre sur tout le Léman et a de bonne chance d'être remplacé par un épisode de bise.

Au printemps il est des situations où, par noroît général sur le flanc oriental de l’anticyclone, le Joran peut persister, irrégulier, pendant plusieurs jours avec accalmies nocturnes. Il est alors accompagné d’un temps nuageux avec averses.

La vaudaire

Affichage aggrandi: La vaudaire
La vaudaire
MétéoSuisse

La vaudaire est un vent de secteur SE sur le Haut-Lac, ESE sur le Grand-Lac, canalisé par la vallée du Rhône, qui s'écoule pratiquement toujours en rafales du bas Valais vers le Haut-Lac. Il existe deux types de vaudaire : la vaudaire d'orage et la vaudaire de foehn. La vaudaire est redoutée pour sa soudaineté et sa force, favorisée par l’accélération que provoque l’étroit couloir de la plaine du Rhône.

La vaudaire d'orage apparaît d’avril à septembre, lorsqu’une forte averse ou un orage se déplace de la Savoie aux Préalpes vaudoises dans un courant de sud-ouest en altitude. L'air froid de ces orages se déverse dans la basse vallée du Rhône, puis déboule sur le Haut-Lac en rafales de courte durée. Ce coup de vent, modéré à fort, débute brusquement 20 à 30 min après le passage du centre orageux sur la vallée du Rhône. Il dure de 20 minutes et 3 heures environ. Cette vaudaire est froide, dès son apparition la température baisse et l’humidité augmente. Un grain au centre du Valais peut également provoquer de la vaudaire (écoulement de la masse d’air froid, dense, et hausse de pression dans la vallée créant un gradient vers l’aval).

La vaudaire de foehn est liée à un fort courant du sud précédant l'arrivée d'une perturbation océanique. Ce vent, après avoir abandonné son humidité au sud des Alpes sous forme de précipitations, redescend au nord asséché et réchauffé sous forme de rafales de foehn qui s'engouffrent dans les vallées alpines, puis dans la vallée du Rhône. La surpression qui règne alors dans la vallée du Rhône associée à la baisse de pression sur le Léman, peut donner des rafales régulières mais violentes, matérialisées par d'impressionnantes risées qui s'éloignent de l'embouchure du Rhône vers le Haut-Lac.

La vaudaire de foehn apparaît principalement en mars et avril, ainsi qu’en octobre et novembre.

Les brises

On observe en de maints endroits des brises de beau temps : dans les vallons, sur les versants des reliefs, elles remontent de jour, et descendent de nuit. De même, lors de situations de beau temps estival, des brises alternées soufflent à proximité des lacs. Ces brises ont pour origine la différence de température entre l’eau, plus chaude de nuit, et la terre, plus chaude de jour. Les brises diurnes soufflent du lac vers la côte. Inversement, par nuit claire la terre devient plus froide que la surface du lac. L'air froid s'écoule alors lentement des terres vers le lac. Les brises nocturnes sont des vents faibles canalisés par les vallées. Plus le relief est abrupt, plus les vents auront tendance à s’accélérer avant de se disperser en éventail sur l’eau.

Lorsque le relief se resserre, sur le Haut-Lac et sur le Petit-Lac, les thermiques de jour ont tendance à se canaliser et à souffler parallèlement aux côtes.

Les heures d’occurrence ainsi que les forces des brises sont approximatives.  Les brises nocturnes se lèvent généralement entre 17 et 19h et persistent jusque vers 7 à 9h.

Brises diurnes

Affichage aggrandi: Brises diurnes
Brises diurnes
MétéoSuisse

Le séchard

Le séchard est le nom donné à la brise diurne de direction NE qui, canalisée entre le Jura et les Préalpes savoyardes, souffle dans l'axe du Petit-Lac. Comme toutes les brises diurnes du Léman, le séchard est associé aux situations de beau temps estival, quand la Suisse est sous l'influence d'une haute pression. Le réchauffement des reliefs environnants crée des ascendances thermiques qui aspirent littéralement l'air du Petit-Lac vers les côtes. Le séchard ne se limite donc pas au Petit-Lac mais se prolonge jusque sur les pentes ensoleillées du Salève, du Vuache et du Jura. Il souffle généralement entre 1 et 2 Bf et peut parfois atteindre les 3 Bf. L'arrivée de nuages réduisant l'ensoleillement peut atténuer le séchard, alors qu'au contraire un faible courant de NE en altitude peut l'accentuer. Une journée de séchard se termine parfois par des orages isolés pouvant donner quelques rafales. Le séchard se lève vers 10h et s’estompe dès 16h.

Le rebat

Le rebat est le nom donné à la brise diurne qui souffle du centre du lac vers la côte Suisse. De direction SE sur le Grand-Lac, le rebat tourne au SW-W sur le Haut-Lac. Comme toutes les brises diurnes du Léman, le rebat est associé aux situations de beau temps estival. Les différences d'échauffement la journée, particulièrement marquées entre l'importante masse d'eau du Grand-Lac et la côte Suisse, donnent naissance à cette brise du lac, qui s'étend entre Morges et Montreux. À la hauteur de Villeneuve, le rebat se confond avec la brise de vallée qui remonte le Rhône la journée. Le rebat souffle généralement entre 1 et 2 Bf. Comme toutes les brises diurnes, le rebat s'estompe en fin de journée et laisse place aux brises nocturnes comme le morget.

Les brises diurnes de la rive françaises existent aussi, elles soufflent du centre du lac vers les rives. Elles sont faibles et ne portent pas de nom particulier.

 

 

Brises nocturnes

Affichage aggrandi: Brises nocturnes
Brises nocturnes
MétéoSuisse

Le morget

Le morget est le nom donné à la brise nocturne du Grand-Lac qui souffle de la côte, vers le centre du lac, entre Rolle et St-Sulpice. Au-delà, le long du Dézaley et jusqu’à Vevey il prend généralement le nom de Bisoton puis Dézaley. Le morget a donc une direction NNE à NW. Cette brise de terre est probablement la plus forte brise du Léman, elle peut facilement atteindre les 3 Bf, parfois 4 Bf. Un faible courant du nord en altitude peut renforcer le morget et le faire traverser le lac jusqu'au abord des côtes françaises.Comme toutes les brises nocturnes du Léman, le morget est associé aux situations de beau temps estival. Les différences de refroidissement la nuit, particulièrement marquées entre l'importante masse d'eau du Grand-Lac et ce tronçon du littoral Suisse, donnent naissance à cette remarquable brise de terre. En été le morget se lève avant le coucher du soleil soit vers 17h, il est très net pendant 1 à 2 h puis mollit. La renverse a lieu vers 08h. Le morget reste perceptible en  automne et en hiver (morget de neige).

Le bisoton

Le bisoton, parfois orthographié bisotton est une brise de terre, de direction NE, qui soufflent entre Lausanne et Cully. Sa direction est la même que la bise, mais sa vitesse et son mode de formation diffèrent. Le bisoton est une faible brise nocturne qui reste inférieur à 3Bf.

Le jaman

Le jaman est le nom donné à la brise nocturne du Haut-Lac qui souffle du NE entre Montreux et Vevey. Cette brise nocturne s'écoule depuis les reliefs qui entourent cette partie du littoral (Pléiades, Rochers-de-Naye) et se canalise dans la vallée de la Veveyse. Le jaman est moins fort et moins régulier que le morget. Comme toutes les brises nocturnes du Léman, le jaman est associé aux situations de beau temps estival. Les différences de refroidissement la nuit, entre le lac et le littoral, mais aussi la proximité des reliefs, donnent naissance à cette brise nocturne. En allant vers Lausanne, le jaman cède sa place au bisoton, alors qu'en allant vers Villeneuve il laisse la place au vauderon, typique de l'embouchure du Rhône.

Le vauderon

Le vauderon est le nom donné à la brise nocturne de direction SE qui souffle sur le Haut-Lac à l'embouchure du Rhône dans la région de Villeneuve. Cette brise est dans le prolongement de la brise qui descend la vallée du Rhône la nuit.

La chamoisine

La chamoisine est le nom donné à la brise nocturne de direction SSW qui descend de la Région Dent d'Oche-Memises sur la côte sud du Haut-Lac.

Les albrans

Les albrans est le nom donné aux brises nocturnes de direction SSW qui descendent des Préalpes savoyardes en direction des côtes françaises sur la région Grand-Lac et Haut-Lac. La zone des albrans et celle de la chamoisine se confondent considérablement. Le terme albrans pourrait toutefois être privilégié entre Tourronde et Amphion, lorsque les rives deviennent plus éloignées des sommets abruptes des Préalpes.

Le birran

Le birran est le nom donné aux brises nocturnes qui soufflent des rives en direction du lac, le long de la côte française entre Thonon et Sechey. De direction S-SE, la force de cette brise de terre reste, comme la plupart des brises nocturnes du Léman, nettement inférieure à 3 Bf.

La molaine

La molaine est le nom donné à la brise nocturne de direction SE qui souffle sur le Petit lac, entre Genève et Nernier, des côtes vers le plan d'eau. Sa force reste nettement inférieure  à 3 beaufort (7-10km/h). Lorsque sa direction est plutôt S, on parle de la fraidieu.

La fraidieu

La fraidieu est le nom donné à la brise fraîche, de direction S, qui souffle sur le Petit lac  entre Genève et Nernier. On parle plutôt de molaine si la direction de ce thermique est de SE. La fraidieu et c'est une règle pour toutes les brises nocturnes du Petit-Lac, est plus faible que les brises du Grand et du Haut-Lac.

Le jorasson

Le jorasson est le nom donné à la brise nocturne de direction NW qui souffle entre Céligny et Rolle.

Vents d'orages

Le bornan

Affichage aggrandi: Le bornan
Le bornan
MétéoSuisse

Le bornan est le nom donné au gros coup de tabac qui peut s'abattre sur une partie du Grand-Lac à la hauteur de Thonon et jusque sur le Haut-Lac. Le bornan est probablement un des plus violents vents d'orage sur le Léman. Il peut atteindre 30 à 40kt. Terreur des navigateurs, les effets du bornan se font sentir surtout entre Rolle et Lutry. Le bornan se produit en été lorsque les orages qui se sont formés sur la région allant de la Dent d'Oche à la pointe d'Ireuse débordent et déversent leur air froid en direction du Léman. Ce vent d'orage est  en bonne partie canalisé par la vallée de la Dranse et déboule alors violemment sur le plan d'eau. Les orages qui conduisent au bornan peuvent se former à l'issue d'une journée ensoleillée et chaude, alors que l’anticyclone qui recouvre l'Europe s'affaiblit. Le bornan, comme tous les vents d'orages violents, se produit  surtout dans l'air chaud instable à l'avant des fronts froids .Le bourgeonnement de gros cumulus et de cumulonimbus sur les reliefs, en particuliers sur les Préalpes savoyardes, sont les signes précurseurs d'une telle évolution. Ces signes doivent obliger les navigateurs à une grande vigilance.

Le môlan

Affichage aggrandi: Le môlan
Le môlan
MétéoSuisse

Le môlan est le nom donné au coup de tabac qui peut s'abattre sur le Petit-Lac depuis la Haute-Savoie. Il se produit en été lorsque les orages qui se sont formés sur la région allant du Môle jusqu'au fond de la vallée de l'Arve avancent et déversent leur air froid en direction du Léman. Le môlan peut atteindre 8 à 15kt. Les orages qui conduisent au môlan peuvent se former à l'issue d'une journée ensoleillée et chaude, alors que l’anticyclone qui recouvre l'Europe s'affaiblit. Le bourgeonnement de gros cumulus et de cumulonimbus sur les reliefs, en particuliers sur les Préalpes savoyardes, sont les signes précurseurs d'une telle évolution. Ces orages peuvent aussi se former en été à l'avant d'un front froid.

Autres vents d'orages

Le joran et la vaudaire peuvent aussi êtres des vents d'orages.

Commentaires (23)

  1. Alain Pittard, 06.06.2018, 10:07

    Bel article que je vais m'empresser d'imprimer.
    Et quel plaisir de lire "Préalpes de Savoie", tout comme les Alpes de Savoie ou la côte de Savoie et non pas les Alpes françaises ou la côte française comme on peut le lire bien trop souvent à tort.
    Enfin des désignations correctes et précises dignes de scientifiques. Bravo et merci.
    Le Maurabia, je crois que ça vient de l'Arpitan ou franco-provençal parlé chez nous et ça veut dire "qui fait murir les blés"

  2. Romain, 05.06.2018, 23:14

    Merci pour cet article effectivement très bien rédigé. Si l’on veut approfondir un peu le sujet, avez-vous un ouvrage bien fait à recommander?

    Merci!

    1. MétéoSuisse, 05.06.2018, 23:37

      Un rapport technique sur les brises du lac Léman a été rédigé, mais il n’est pas récent, puisqu’il date de 1978. On peut le télécharger en cliquant sur le lien suivant :
      http://www.meteosuisse.admin.ch/content/dam/meteoswiss/fr/Ungebundene-Seiten/Publikationen/Fachberichte/doc/arbeitsbericht83.pdf

  3. Clairens Guy, 05.06.2018, 22:33

    Merci pour tout votre travail fait avec passion,il est une aide précieuse pour mon métier de cultivateur. ( France )

  4. marcel, 05.06.2018, 21:14

    Excellent et complet, instructif, vous êtes comme toujours parfaits...
    Merci pour tous vos "articles".

  5. Christophe, 05.06.2018, 10:07

    Merci pour votre article passionnant. Etant un navigateur du lac de Neuchâtel, auriez-vous l'amabilité de nous renseigner prochainement sur les vents de ce magnifique lac ?

    Merci d'avance.

    Christophe Cottier

  6. Pompon, 05.06.2018, 09:41

    Hyper intéressant! Homme du lac et ancien plongeur sous-marin (sous-lacustre), je me demande si les vents influent sur les courants aquatiques. J'ai remarqué parfois des courants contraires, selon la profondeur.

  7. Wizzz, 05.06.2018, 07:52

    Les navigateurs du Léman, relayés par les météorologues, sont un peu nos Inuits : les premiers ont autant de mots pour décrire les vents que les seconds la neige! Bravo pour ces explications très complètes!

  8. Alexandre MAURER, 05.06.2018, 07:43

    MERCI pour cet article bien fouillé. A la lecture, les souvenirs de l’enfance passée entre Préverenge et Vevey remontent à la surface. Ce qui est étonnant, c’est la localité de certaines brises

  9. HAHN Robert, 05.06.2018, 07:42

    Bonjour,

    Vraiment très intéressant l'ensemble de cet article fort bien détaillé dans son ensemble. D'ailleurs, je me suis à titre personnel, permis de l'imprimer et ce, pour le conserver dans mes archives.

    Il ne me restera donc plus MétéoSuisse, de vous en remercier.

  10. Nicolas Gremaud, 04.06.2018, 21:32

    Donc quand le vent souffle de l'est, on dit qu'il y a la bise au lac Léman ?!
    Oui, je sais, je n'aurais peut-être pas dû la faire celle-là !
    Cela dit, félicitations pour vos articles et merci infiniment pour ces informations... plus sérieuses que mon commentaire !

  11. di Biase Rita, 04.06.2018, 18:02

    Merci pour cette piqûre de rappel fort bien rédigée et documentée juste avant la Genève-Rolle et le Bol d'Or.
    Bon vent à tous.

  12. Sarah L., 04.06.2018, 17:53

    Génial ! C'est le truc le plus complet -tout en sachant rester simple- que j'ai lu sur le sujet.
    Merci

  13. Beck, 04.06.2018, 17:12

    Très intéressant votre article . Merci beaucoup

  14. Ralph74, 04.06.2018, 16:50

    La Maurablia, un autre nom pour un autre vent du Léman!

    1. Gilbert R., 05.06.2018, 14:23

      Le Maurablia est le nom du vent blanc, chaud et souvent soutenu, mais traduit en patois vaudois “Moura Blia” qui signifie le vent qui murit les blés.
      Source: https://www.maurablia.ch/historique/

  15. Yves, 04.06.2018, 16:30

    Merci MétéoSuisse

  16. Guillaume, 04.06.2018, 16:21

    C’est sympa de publier cet article juste avant le Bol....

    Merci

  17. Claude Guignard, 04.06.2018, 14:32

    Après ce riche exposé plus personne ne pourra prétendre ne pas connaître les vents du Leman. Car il est aussi complet que parfaitement expliqué. On ne peut que vous remercier.

  18. Bonnard pierre, 04.06.2018, 12:54

    BRAVO! C'est très instructif et utile, relier un vent à sa situation météo générale c'est bien mieux qu'une énumération merci!

  19. Eric Déjardin, 04.06.2018, 12:26

    Oulàlà... je ne vais jamais retenir tous ces noms de vents... j'ignorais qu'il y avait autant de courants différents, sur notre Léman !
    J'y ai pourtant passé mon permis voile, mais je pratiquais sur le lac de Neuchâtel.
    Est-ce la taille du lac qui permet de générer autant de vents, un peu comme une mini mer ?

    1. Philippe, 04.06.2018, 22:46

      C'est principalement la taille du lac et la topographie qui l'entoure

    2. Claude Guignard, 05.06.2018, 20:28

      Oui. J'aurais donné cette même réponse mais c'était à MétéoSuisse de la donner. Au lac de Garde, très encaissé, les vents peuvent être particulièrement violents.