Changement climatique et présentateurs météo

8 mars 2018, 16 Commentaire(s)
Thèmes: Météo

En marge de la présentation des prévisions météorologiques quotidiennes, un certain nombre de présentatrices et présentateurs météo se sont regroupés au sein d'une association pour diffuser une information compréhensible concernant le changement climatique issue d'études d'entités spécialisées comme le GIEC, la NOOA ou d'autres encore.

Photo TSR - J-D Altherr

Un organisme à l’affût : le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ou GIEC (IPCC en anglais)

L’Organisation météorologique mondiale, OMM, à Genève, abrite le secrétariat de ce groupe depuis 1988. Son but est de fournir des évaluations détaillées de l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade.
 
Depuis lors, le GIEC a établi cinq rapports d’évaluation multivolume. Il a entamé son sixième cycle d’évaluation. Ces publications sont accessibles sous ce lien.

Ces rapports décrivent de manière parfois aride la matière complexe du changement climatique. Il est donc nécessaire d’accompagner la diffusion de cette connaissance et de ces travaux pour les mettre à portée du grand public. Il s'agit d'un travail de vulgarisation ardu mais nécessaire et utile acheminé à travers les médias radio et télévision, entres autres.

Pour achever cette information, une association fut formellement créée en 1994, par des présentatrices et des présentateurs météo télévision et radio, fussent-il météorologues, journalistes ou présentateurs.

Une association qui œuvre pour la diffusion de l’information climatique

Les membres de l’International Association of Broadcast Meteorology, IABM (Association internationale des présentateurs météo), sont ces présentatrices et présentateurs météo qui, à travers le monde, jour après jour, présentent les informations météorologiques. Mais en adhérant à l’association, ils se sont aussi engagés à sensibiliser les téléspectateurs ou les auditeurs à la problématique du changement climatique, d’un point de vue souvent pragmatique ou parfois spectaculaire, mais jamais sensationnaliste.

Cette association publie un bulletin d’information à l’attention de ses membres appelé « Up Front ». Il est édité deux fois par an (en anglais) et traite de nombreux sujets relatifs au changement climatique, mais pas seulement.

Dans cette optique d’information, dans son billet du dernier bulletin, la présidente de l’Association, Inge Niedek, traite de la diffusion de l’information à travers les médias. Plus particulièrement des médias sociaux, autre canal de plus en plus incontournable de diffusion de l’information. Elle évoque la multiplicité de cette information et la difficulté de trier le bon grain de l’ivraie.

Elle conclut en évoquant l’intervention de la vénérable Association Américaine de Météorologie (American Meteorological Society), association apolitique s’il en est, qui a envoyé au président des Etats-Unis la lettre que vous pouvez lire ci-après. Le but de la missive est d’aider l’administration en place à y voir clair dans la masse d’information souvent technique. Elle est signée par Keith L. Seitter, directeur exécutif. Vous trouverez une traduction en français plus bas.

...et la traduction en français :

Cher Président Trump,

Selon un entretien que vous avez eu avec Piers Morgan sur la chaîne britannique ITV News, diffusé le dimanche 28 janvier, vous avez entre autre stipulé :

« Il existe un refroidissement ainsi qu’un réchauffement. Enfin, constatez, cela ne s’appelait pas le changement climatique à l’époque mais bien le réchauffement climatique. Cela ne marchait pas très bien car le refroidissement s’emparait de partout »

Malheureusement, ce genre, et d’autres types de commentaires en relation avec le climat, ne sont ni en accord avec les observations scientifiques autour du globe, ni en accord avec les conclusions scientifiques basées sur ces observations. Les agences exécutives des Etats-Unis comme la NASA  et la NOAA, jouent un rôle central en développant ces observations et en analysant leurs implications. Cette information climatique sert comme point de départ pour des discussions pertinentes en relation avec des thèmes politiques importants et basées sur les meilleures connaissances et compréhensions actuellement disponibles.

Il existe une richesse d’informations complètes et précises sur le changement climatique disponible pour vous et votre personnel à travers les agences gouvernementales, ainsi que par le truchement d’experts dans les institutions académiques et d’autres organisations. La société américaine de météorologie se met à disposition pour assister et  faciliter le transfert de ces connaissances  et de cette expertise vers le personnel exécutif. Ceci afin d’assurer que vous et votre personnel disposiez d’informations crédibles et validées scientifiquement lorsque vous naviguer à travers les thèmes politiques complexes concernés par le changement climatique de la planète.

Cordialement,

Keith L. Seitter

Directeur exécutif

En conclusion :

La mise à disposition de l’actuelle administration américaine de données scientifiques exactes et de scientifiques de haut niveau laisse espérer que l’information pourra ainsi remonter de la base vers le sommet de la hiérarchie politique.

Et l'espoir fait vivre...

 

Commentaires (16)

  1. Edouard O'Neill, 10.03.2018, 09:07

    Votre excellent blog que je consulte régulièrement est habituellement neutre et factuel. Je trouve cet article qui parle de la vision unique du GIEC et fait un peu d'antitrumpisme donc dommage.
    Comme d'autres mon sentiment profond est que l'homme n'est responsable que d'une partie infime du réchauffement. Et que tant qu'on nous rabâche avec le CO2 on ignore les problèmes bien plus dommageables que sont la pollution et le gaspillage.
    Merci tout de même pour vos articles si intéressants et bien rédigés

  2. Coren Valerian, 10.03.2018, 08:24

    Quand je vois (certains) commentaires, je me dis qu'il reste encore beaucoup de travail.. le problème c'est qu'il est déjà presque trop tard. Les mentalités doivent évoluer plus vite, sinon c'est nos enfants qui paieront la facture, et elle risque d'être salée...
    https://www.notre-planete.info/actualites/177-avertissement-15000-scientifiques-environnement-humanite

  3. Helios, 09.03.2018, 15:24

    qqs faits sur les méthodes discutables du GIEC et une des hypothèses plus plausible (même si je ne suis pas exactement de cet avis) :
    https://www.youtube.com/watch?v=y3MYKWEPnus
    Toute personne de + de 20 ans a sans doute remarqué que d'année en année le soleil passe lentement du jaune au blanc (voir températures des couleurs) et qu'il tape de + en + fort en été (aucun gaz ne peut amplifier la puissance du rayonnement entrant sur Terre)...
    j'aime pas spécialement Trump, mais tout ce qu'il dit n'est pas toujours de l’esbroufe ou de la provocation (il nous a épargné la guerre avec la Russie que voulait tant la Clinton, c'est déjà pas mal...). D'où l'utilité d'avoir aussi des sources d'infos indépendantes pour comparer par soi-même et ressentir ce qui est le + vraisemblable :
    suractivité solaire ou qqs % d'augmentation sur 0.04% de CO2 total (sur Venus, planète connue pour son effet de serre extrême, il y a + de 96% de CO2).......
    en conclusion, limiter TOUTES les pollutions (eau, aliments, cosmétiques, OGMs, déchets, ondes, radioactivité, etc), OUI, c'est une question de survie et ça devient urgent !
    s'attaquer exclusivement au CO2, NON, c'est juste le petit arbre qui cache l'immense forêt !

    1. Joaquim Spicher, 10.03.2018, 22:34

      L'activité du soleil ces dernières années à tendance à baisser, le soleil blanc sa ne prouve rien. Le co2 est un gaz à effet de serre forcément que d'en faire augmenter la teneur de manière quasi exponentielle vas augmenté la température à l'échelle globale maintenant ou la critique est légitime sur le faite que cette déstabilisations peux autant avoir des conséquences négligeables ou beaucoup plus significatives, les modèles divergent certains prévoit un petit âge glaciaire d'autres un réchauffement de plusieurs degrés. Le changement climatique devrais être enseigné comme incertain et non comme prévisible se qui est souvent effectué même dans les JT bref ne confondez pas tout.

    2. Helios, 12.03.2018, 14:48

      @Joaquim Spicher
      Selon des sources indépendantes, la température et la fréquence du soleil augmenteraient (c'est l'activité magnétique qui semble être en baisse)... De plus, le CO2 suit le réchauffement, pas l'inverse et il n'augmente pas de manière exponentielle (les graphiques d'Al Gore sont bidouillés).
      Je me suis fait mon avis en mettant face à face les infos du mainstream et celles indépendantes (net et livres). et il me semble de plus en plus évident que le mainstream masque, déforme ou inverse la vérité sur un grand nombre du sujets (y compris la RTS ou la presse "sérieuse").
      Pour être très clair, je ne veux pas convaincre qui que ce soit avec 20 lignes et un lien, contrairement aux médias de masse et aux politiciens qui veulent absolument convaincre, avec des slogans ou du prêt à penser. Si ce message peux titiller la curiosité d'une seule personne à faire ses propres recherches et aller vérifier par elle-même ce qu'on lui sert comme LA Vérité, je ne l'aurai pas écrit pour rien.
      On a tous le libre arbitre de choisir ses sources d'informations et on devient responsable des conséquence de ce choix.
      Cordialement !

  4. Elysa, 09.03.2018, 07:11

    Quel bonheur 😃ce serait pour tous les gens soucieux de l'avenir de notre planète que de savoir que M. Trump 👏 tiendrait compte, dans ses décisions politiques et économiques, des informations récoltées par nos observateurs des modifications du climat...

  5. Eric Déjardin, 09.03.2018, 00:02

    ... Et vivons l'espoir...

    Jean-Daniel Altherr... Voilà, je l'avoue, une figure que j'avais oubliée.

  6. Claude Guignard, 09.03.2018, 00:02

    A mon avis le président Trump n'ignore rien des changements climatiques ou alors ce serait extrêmement préoccupant... Je pense plutôt que, comme ils contrecarrent ses projets, il les conteste. Il n'a rien trouvé de plus intelligent. Il y a ainsi des gens obstinés qui nient la réalité lorsqu'elle ne leur convient pas. Cela dit il appartient à tout présentateur ou commentateur de météo de souligner de la manière la plus claire les changements climatiques. Je trouve qu'ils ne le font pas suffisamment. Il ne faut manquer aucune occasion de bien relever les changements. Par contre il me paraît qu'ils ne doivent pas s'exprimer sur les causes des changements climatiques. Ces causes ne sont que supposées mais elles ne sont pas clairement établies. Il manque le recul et surtout les informations pour pouvoir comparer les changements climatiques actuels avec ceux survenus dans le passé, même récent, c'est-à-dire au cours des derniers 2000 ans . On sait que durant cette période les glaciers des Alpes ont été parfois bien plus réduits que de nos jours. Il suffit de penser entre autres au col du Théodule libre de glace franchi par les habitants de Zermatt, aux oliviers de la région de Montreux et plus près de nous, mais de manière inverse, au petit âge glaciaire qui a vu le climat se détériorer suite à des causes qui n'ont à ma connaissance pas été clairement éclaircies, et puis prendre fin sans que les raisons en aient, à ma connaissance, bien été déterminées.

  7. Matelote, 08.03.2018, 21:49

    J'aime beaucoup votre conclusion. Espérons que cette lettre aura un écho. Mais pas qu'aux États Unis. Est ce que meteo Suisse va aussi mettre à disposition son savoir sur les conséquences du changement climatique pour aider les politiques suisses et le peuple à prendre le bon chemin et les bonnes décisions? Peut être que vous le faites déjà, à plus grandes échelles que votre blog qui est excellent, cela dit. Merci

  8. Loi, 08.03.2018, 20:49

    Bonjour!
    Comme c'est intéressant d'apprendre l'existence et le travail de cette association!
    Elle peut ,je l'espère, guérir les personnes mal informées de leur scepticisme quant au réchauffement actuel et à ses causes.
    Il en va de la survie de l'existence des êtres vivants sur notre planète, n'en déplaise à M.Trump et à ceux qui le soutiennent!
    Cordiales pensées
    Lou

  9. Artus, 08.03.2018, 18:06

    En effet il y un changement climatique mais c'est de tous les temps. Une période froide est suivie par une période chaude et après par une période froid. Selon mon humble avis l'homme n'y ait pour rien. Et ceci ne pas non plus la période la plus chaude que la Terre ait connue. Au contraire, il y a par exemple bien une raison que le Groenland fut appelée le pays vert par les Vikings et d'autre part les Romains empruntaient des cols à plus de 3000 m d'altitude, qui aujourd'hui sont recouverts de glace.

    Et puis il vaut mieux un réchauffement qu'un réel refroidissement, car sinon la vie deviendrait impossible ou en tout cas très dur en Europe du Nord.

    Et enfin LE seul facteur qui influence réellement notre climat est le SOLEIL, donc si l'activité solaire baissera, cela nous entraînera dans une période froide et non chaude. D'autre part il faut bien avouer que cela, le changement climatique, convient très bien aux politiciens, car cela permet de libérer de budgets, faute de ne pas avoir de vrais ennemis.

    Artus, 14 ans, Belgique
    P.S.: Veuillez m'excuser d'avance pour des fautes d’orthographe, car ma langue maternelle n'est pas le français mais le néerlandais (flamand).

    1. Pascal Gapany, 09.03.2018, 10:31

      Peu de gens mettent en cause un réchauffement climatique. En attribuer la cause à l'homme c'est autre chose. Il y a certes corrélation entre CO2 et température, comme entre le nombre de policiers sur les routes et le nombre d'amendes. L'histoire de la poule et de l'œuf...Les glaciers qui fondent découvrent d'anciennes forêts et des traces humaines. Notre monde change en attendant la prochaine glaciation qui sera une désastre pour les êtres humains, pas pour la terre.

    2. Franck, 09.03.2018, 14:09

      Je crois que le réchauffement actuel n'est pas nouveau dans les températures atteintes, mais dans la vitesse du réchauffement lui-même: si les périodes froides et chaudes se sont succédées, autant cela s'est fait dans des durées se comptant en centaines, voire milliers d'années. Le réchauffement qui nous affecte se déroule sur moins de cent ans.

      Et bravo pour ton orthographe.

    3. Marc Schaefer, 09.03.2018, 18:04

      Sur l'ampleur et la vitesse du changement
      https://xkcd.com/1732/

    4. Colin Bissegger, 09.03.2018, 21:46

      Il y a une corrélation prouvée entre la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et la température (voir Le Monde: http://huet.blog.lemonde.fr/2016/06/16/climat-temperatures-et-co2-grimpent/). Or la dite concentration bat actuellement des records (voir par exemple la RTS: https://www.rts.ch/info/sciences-tech/6946508-record-de-concentration-des-gaz-a-effet-de-serre-dans-l-atmosphere.html).
      Cette concentration est imputable en immense majorité à l'utilisation des énergies fossiles par l'humanité, laquelle libèrent des quantités colossales de CO2, de méthane, etc.

      La probabilité que l'Homme ait une influence sur son environnement est donc élevée - on peut le constater, à moindre échelle, au quotidien.

    5. Joaquim Spicher, 10.03.2018, 22:43

      Salut Artus dire que le réchauffement climatique que nous vivons actuellement n'est pas d'origine d'humaine et je pense incorrect. Le co2 a augmenté de manière significative ces dernières années ce co2 est un gaz à effet de serre, le faire augmenter de cette manière vas à avoir un effet sur le climat, le nier c'est je pense être un peu naïf. Tout ce qui est Groenland vert sont des changements locaux, les reconstructions des anomalies de température même celle de Grudd montre un réchauffement significatif ces dernières années.