Prévision des concentrations de pollens avec COSMO

Durant la saison pollinique, MétéoSuisse publie les prévisions de la concentration en pollens sous forme de texte et sous forme de cartes journalières qui indiquent les concentrations en pollens. Les cartes illustrent l’évolution journalière des concentrations en pollens d‘aune, de bouleau, de graminées et d’ambroisie (d’environ début février à fin septembre). De cette manière, la population peut s’informer sur les concentrations en pollens pour chaque localité suisse.

Les prévisions de la concentration en pollens constituent un outil important pour les per-sonnes allergiques. Cela leurs permet de minimiser les effets liés à leurs allergies en plani-fiant les activités à l’extérieur et en dosant leurs médicaments de manière optimale. En outre, les personnes sensibles peuvent choisir des périodes et des lieux de vacances en évitant ainsi les périodes de floraison des espèces avec des pollens allergisants.

Prévision des concentrations de pollens avec COSMO : comment interpréter les cartes ?

Les cartes avec les prévisions montrent les concentrations de pollens d’aune, de bouleau, de graminées et d’ambroisie. La concentration moyenne est indiquée (nombre de pollens par m3) sur une période de 24 heures et une superficie de 1.2 km2. La valeur maximale journalière peut être nettement supérieure, en particulier à proximité des plantes en pleine floraison. Tôt le matin, la concentration est généralement plus basse. Toutefois, il ne s’agit pas  d’une règle générale, puisque la concentration des pollens dépend surtout des conditions météorologiques et de la manière dont sont transportés les pollens dans l’air. En général, la carte fournit des informations sur leur émission et sur leur transport en fonction des différents jours. Les variétés de pollens sont indiquées avec des couleurs différentes pour en faciliter la lecture en fonction du type d’allergie

Depuis 2017, la résolution horizontale du modèle  COSMO a été portée à 1.1 km. Cela permet d’élaborer des prévisions de concentrations de pollens pour l’ensemble du territoire suisse et, pour la première fois, également pour les localités elles-mêmes. Pour les vallées alpines avec un fond de vallée supérieur à 1 km, les valeurs peuvent être indiquées de manière réaliste. Pour les vallées plus étroites, comme le bas du val d’Hérens, la résolution de 1.1 kilomètre est encore trop grossière pour élaborer une prévision à cette échelle locale. Toutefois, la carte est utile également pour ces vallées étroites en prenant comme référence les vallées plus larges à proximité. Il faut aussi se rappeler qu’avec l’altitude, la floraison est plus tardive.

Le fonctionnement de la prévision des pollen avec COSMO-ART

Le modèle numérique de prévision météorologique COSMO, utilisé par MétéoSuisse, peut modéliser la concentration en pollens en utilisant le module ART. Ce module a été développé par l’Institut de Technologie de Karlsruhe (KIT) en association avec MétéoSuisse. Le processus d’élaboration effectué par le module des pollens COSMO-ART comprend une série d’étapes : en premier lieu, sur la base de données sur la diffusion des plantes, et en tenant compte de l’évolution météorologique des derniers mois, le module calcule le début de la floraison pour chaque point de grille à l’aide d’un modèle de sommation des températures. En deuxième lieu, l’émission des pollens est calculée en fonction des conditions actuelles du temps, par exemple : températures élevées, temps sec et un peu de vent favorisent la libération des pollens. Tous les pollens libérés dans l’air sont transportés par le vent et retombent tôt ou tard au sol ou sont délavés par la pluie.

Qualité des prévisions de concentrations de pollens

La qualité des prévisions des pollens dépend de celle de la simulation de l’évolution météorologique. A titre d’exemple, citons la difficulté qu’un modèle aussi actuel que COSMO rencontre encore pour prévoir correctement les précipitations. De plus,  ce paramètre influence directement la concentration en  pollen. Dans ce contexte, les connaissances et l’expérience du prévisionniste fait la différence. Ainsi, le prévisionniste rédigera les prévisions publiées sous forme de texte en tenant compte d’une part de l’évolution de la floraison des différentes espèces et, d’autre part, des indications fournies par le modèle de prévision. Par rapport aux cartes de prévisions, basées uniquement sur des informations issues du modèle, il peut donc y avoir quelques différences.

Informations complémentaires

Liens