Effets des courants et des ondes

Lorsque l’on se trouve au-dessus d’une mer de brouillard, à une distance suffisamment grande, nous pouvons observer que le brouillard est tout sauf statique : il est en perpétuel mouvement. Il y a de faibles, mais sensibles courants qui sont en mesure de faire varier le sommet de la couche. Un sommet en constante évolution et jamais constant tout au long d’une même journée.

Citons quelques motifs qui provoquent une variation de la limite supérieure du brouillard:

  • Avec le réchauffement diurne, la limite supérieure du brouillard s’élève, alors qu’elle s’abaisse durant la nuit, et cela en automne et pas en hiver.
  • Un gradient thermique s’établit dans la zone de transition entre brouillard et zone dégagée. Par conséquent, on y trouve également un gradient de pression (gradient barocline).
  • C’est pour cette raison que, durant la journée, le brouillard a tendance à être « déplacé », par exemple en direction des vallées préalpines sans brouillard en début de journée.
  • Comme dans la mer, il y a des ondes qui traversent la mer de brouillard.
  • Les changements qui se produisent en Europe ( pression, type de masse d’air, vent, etc…) ont également une grande influence sur la mer de brouillard en Suisse.