Changement climatique Suisse

Le climat en Suisse est caractérisé par d’importantes fluctuations naturelles. Cependant, certains changements depuis l'industrialisation ne peuvent s'expliquer que par l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, la température moyenne annuelle a augmenté d'environ 2 °C (état en 2017) depuis 1864, la plus grande partie de l’augmentation s’étant manifestée ces dernières décennies. Depuis les années 1980 surtout, il y a eu beaucoup moins de neige et il y a eu de premiers changements dans les précipitations. Selon les scénarios climatiques actuels, le réchauffement du système climatique se poursuivra à l'avenir. En outre, les étés deviendront plus secs et les événements météorologiques extrêmes augmenteront. Afin de limiter le réchauffement en Suisse, de fortes réductions des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont nécessaires.

Le temps et ses propriétés statistiques et le climat en Suisse, ont été systématiquement observés et mesurées depuis plus de 150 ans. Les données et leur préparation minutieuse sont indispensables pour mieux comprendre les fluctuations climatiques  et le changement climatique, ainsi que pour développer des modèles pouvant montrer les changements futurs possibles. MétéoSuisse, avec ses partenaires, établit régulièrement des scénarios climatiques pour le futur. Il s’agit d’une base indispensable pour s’adapter de manière optimale au changement climatique et mieux évaluer les risques et les opportunités.

Climat passé : fluctuations naturelles et changement climatique

Les relevés météorologiques dans le monde et en Suisse montrent que le climat est caractérisé par d’importantes fluctuations. Jusqu'au début du 20ème siècle, ces fluctuations étaient principalement naturelles. Après cela, il y a des effets, en particulier la hausse des températures des dernières décennies, qui ne peuvent s'expliquer que par l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre (changement climatique). La longue série de température de Bâle depuis 1755 (illustration 1) montre bien ce fait : les fluctuations naturelles dominent jusqu'au début du 20ème siècle. Par contre, la forte hausse des températures au cours des dernières décennies est le résultat de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre (changement climatique).

Tendances observées de la température, des précipitations et de l’ensoleillement

Les effets du changement climatique se reflètent dans plusieurs paramètres météorologiques - mais le plus clairement dans la température. L'atmosphère au niveau du sol a été réchauffée de près de 2 °C depuis le début des mesures en 1864. C'est plus du double de l'augmentation de la température moyenne mondiale qui affiche une hausse d'environ 0.9 °C (état en 2017). Depuis environ 30 ans, aucune année en Suisse n'a été plus froide que la moyenne des années 1961 à 1990. Néanmoins, la température fluctue d'année en année, comme le montre l‘illustration 2.

Les précipitations ont également en partie évolué. Ainsi, les précipitations hivernales moyennes des 150 dernières années ont augmenté dans la plupart des régions de Suisse (sauf dans les Alpes du Sud et une grande partie des Grisons). Jusqu'à présent, aucun changement ne peut être détecté dans les précipitations estivales moyennes. Mais il y a des indications claires que les fortes précipitations changent lentement. Ainsi, l'intensité et la fréquence des fortes précipitations (sommes journalières) ont augmenté depuis 1901. Surtout à basse altitude, il y a beaucoup moins de jours de chute de neige et moins de neige fraîche qu’il y a 30-40 ans. La durée d'ensoleillement a considérablement diminué entre 1950 et 1980. La tendance est positive depuis 1980 et la durée d'ensoleillement est revenue aujourd’hui à son niveau d'avant le début du 20ème siècle.

Plus de jours de chaleur et de gel, végétation plus précoce, plus de sécheresse ?

Le réchauffement observé de 2 °C est une variable difficile à saisir pour les hommes. Il est plus simple d'illustrer les changements au moyen de variables (nommées indicateurs climatiques) que tout le monde connaît. Par exemple, tout le monde sait à quoi ressemble une journée d'été. Ainsi, les indicateurs de température montrent déjà des changements majeurs : les jours d'été et tropicaux (température maximale supérieure ou égale à 25 °C, respectivement 30 °C) augmentent fortement, tandis que les jours sans dégel et de gel (température maximale inférieure à 0 °C, respectivement température minimale inférieure à 0 °C) ont fortement diminué. À la suite de l'augmentation de la température, la végétation au printemps et en été se développe beaucoup plus précocement qu'il y a quelques décennies. En ce qui concerne une augmentation éventuelle des périodes de sécheresse, aucune réponse ne peut encore être définitivement donnée.  

Climat futur : le changement continue

MétéoSuisse, avec des partenaires, produit des scénarios climatiques depuis une bonne dizaine d'années, c'est-à-dire des scénarios possibles pour le futur climat de la Suisse. Cela se fait au moyen de modèles climatiques physiques complexes et de l'utilisation de méthodes statistiques modernes. Les scénarios CH2011 actuels datent de 2011. Ils seront remplacés par une nouvelle génération de scénarios en 2018 (CH2018).

Des étés plus chauds et plus secs, des conditions météorologiques plus extrêmes

Le changement climatique se poursuivra à l'avenir et ses effets augmenteront. La force du changement climatique dépend principalement des futures émissions mondiales de gaz à effet de serre. Ainsi, avec des émissions augmentant encore, les températures augmenteront de 2.5 à 5.1 °C d'ici la fin du 21ème siècle (2085) par rapport à la moyenne 1981-2010. En outre, la Suisse doit s'attendre à des changements dans les conditions météorologiques extrêmes, telles que davantage de vagues de chaleur et d’événements fortement pluvieux et moins de vagues de froid.

Les effets du changement climatique varient considérablement selon le futur scénario d'émission. Le tableau 1  montre qu'avec des émissions de gaz à effet de serre fortement réduites, ce qui permettrait une limitation du réchauffement climatique à moins de 2 °C par rapport à la phase préindustrielle («Accord de Paris»), les changements de nuits tropicales, de jours tropicaux et d’altitude de la limite du zéro degré en Suisse seraient significativement plus faibles qu’en cas de poursuite d’une augmentation des émissions mondiales de gaz à effet de serre (scénario dit A1B).

Nombre moyen de nuits tropicales
Variables 1960 aujourd‘hui
vers 2085
GES fortement réduits

vers 2085
Augmentation GES
jusqu‘en 2050

Nuits tropicales

0

1-2

<5

20

Jours tropicaux

2-3

10-15

<15-20

30-40

Limite du 0 degré

600

900

<1200

1500

Tableau 1 :  Nombre moyen de nuits tropicales (Tmin≥20°C), de jours tropicaux (Tmax≥30°C) sur le Plateau et altitude de la limite du zéro degré (en mètres) autour de 1960, aujourd’hui (état en 2017) et en 2085 selon un scénario d’émissions de gaz à effet de serre fortement réduite (en vert) et un scénario d’émissions de gaz à effet de serre (GES) en augmentation jusqu’en 2050 (en rouge).             

Aperçu des changements climatiques observés et futurs

L‘illustration 3 résume les effets du changement climatique sur les conditions météorologiques et les phénomènes typiques en Suisse. Elle montre quels changements sont déjà visibles dans les observations et ce que les modèles prévoient pour l'avenir. Alors que le changement climatique affecte certaines variables de manière significative (par exemple la température et la neige), les effets sur d’autres variables sont moins clairs (par exemple les précipitations) ou pas du tout clairs (par exemple vent, orages, grêle). Il convient de noter qu'à l'exception des précipitations estivales et de la sécheresse associée, tous les changements évidents dans les scénarios climatiques actuels sont déjà observés à certains égards.

Référence

Scherrer, S.C., E.M. Fischer, R. Posselt, M.A. Liniger, M. Croci-Maspoli, R. Knutti, 2016: Emerging trends in heavy precipitation and hot temperature extremes in Switzerland, J. Geophys. Res. Atmos., 121, doi:10.1002/2015JD024634.

Scherrer, S.C., M. Begert, M. Croci-Maspoli, C. Appenzeller, 2015: Long series of Swiss seasonal precipitation: regionalization, trends and influence of large-scale flow, Int. J. Climatol., doi:10.1002/joc.4584.

Informations complémentaires

Liens

Actualités