Phénologie et pollen

Aujourd'hui, la végétation se développe au printemps et en été beaucoup plus tôt qu'il y a quelques décennies. C'est une conséquence des hausse des températures. La saison du pollen des plantes qui provoquent des allergies commence elle aussi plus tôt. Les plantes sont donc de très bons indicateurs de l'effet des changements climatiques. MétéoSuisse recueille différentes données pour mettre ces changements en évidence.

Image initiale: Noisetier en fleur

Phénologie

La phénologie étudie les phénomènes liés à la croissance et au développement qui sont observés périodiquement chez les organismes vivants au cours du cycle annuel. En phénologie végétale, cela consiste à observer et à noter les dates d'apparition des différentes phases phénologiques, ou phénophases, telles que le déploiement des feuilles, la floraison, la maturation des fruits, la coloration, puis la chute des feuilles.

Comptes rendus du développement actuel de la végétation

Le réseau suisse d'obersavtions phénologiques existe depuis 1951. Aujourd'hui, 26 espèces végétales sont observées dans quelques 160 stations. Ces observations constituent le fondement de l'analyse climatologique du développement de la végétation, tel qu'il est décrit dans le bulletin climatologique mensuel ou dans le rapport climatologique. Les analyses actuelles sont disponibles sous "Rapports climatiques".

L'indice du printemps

L'indice du printemps indique le moment du développement de la végétation en Suisse par rapport à la moyenne de la période allant de 1981 à 2010. Cet indice calculé annuellement intègre les phases phénologiques du printemps, de la floraison du noisetier au déploiement des feuilles du hêtre.

Autres séries d'observations phénologiques

Outre le réseau de MétéoSuisse, il existe entre autres dans notre pays deux longues séries d'observations phénologiques très précieuses. La première, qui remonte à 1808, est consacrée au marronnier d'Inde à Genève, tandis que la floraison d'un cerisier est observée à Liestal depuis 1894.

Pollen

La saison pollinique varie d'une année à l'autre dans son intensité. Le début de la floraison fluctue aussi fortement en fonction de la température au cours des semaines et des mois précédents, en particulier pour les pollens d'arbres. La dispersion du pollen est influencée non seulement par les conditions météorologiques, mais aussi par le climat. Il s'agit donc d'un indicateur climatique important.

Rapports et graphiques relatifs à la saison pollinique actuelle

L'analyse pluriannuelle des données polliniques permet de mettre en évidence les changements des saisons polliniques: dispersion précoce ou tardive, augmentation ou diminution de l'intensité de la saison pollinique, ou même apparition de nouvelles plantes au pollen allergisant comme l'ambroisie. MétéoSuisse relève et analyse les données relatives aux pollens. La saison pollinique actuelle est décrite et comparée aux valeurs moyennes dans le bulletin climatologique saisonnier et dans le rapport climatologique, tous deux disponibles sous "Rapports climatiques". La saison pollinique en cours ainsi que la comparaison avec les moyennes pluriannuelles sont également présentées sous forme graphique.

Jusqu'en 2013, MétéoSuisse établissait des comptes rendus annuels sur la saison pollinique. A partir de 2014, ces analyses viennent enrichir au fur et à mesure les rapports mentionnés ci-dessus.

Informations complémentaires