Le stratus dans la région de Vevey : étude de cas

14 mars 2017, 1 Commentaire

La région de Vevey est le théâtre, sous certaines conditions précises, d'un phénomène intéressant de dissipation locale du stratus. Le cas du 29 octobre 2016 que nous allons approfondir illustre ce phénomène.

L'image ci-desssus a été prise par la webcam de MétéoSuisse, située sur l'antenne du Mont-Pélerin, le 29 octobre 2016 à midi.  La caméra regarde vers l'est (on distingue le Moléson tout à gauche et le Chablais à droite). Un stratus étendu recouvre le Plateau, et l'on constate une large dissipation sur l'ensemble du Haut-Lac. A quoi cette dissipation est-elle due ?

La topographie de la région

Comme souvent en météorologie, c'est la topographie régionale qui explique la configuration des différents éléments du temps, en particulier la nébulosité. Dans notre exemple, il importe donc de faire ressortir les particularités topographiques du Haut-Lac pour expliquer le comportement du stratus. La carte ci-dessous montre notamment que la partie orientale du bassin lémanique, caractérisée par les contreforts des Préalpes que sont le Mont-Pélerin (1080 m), le Mont Vuarat (985 m), les Pléiades (1397 m) et la région de Châtel-St-Denis (entre 800 et 900 m), est nettement surélevée par rapport à sa partie occidentale, abritant notamment la vallée de la Venoge et dont l'altitude moyenne se situe entre 400 et 500 m.

Pour que la limite du stratus soit supérieure à 800 m (et que ce dernier soit donc présent sur les hauts de Vevey), il faut dans 90 % des cas qu'une légère bise souffle pour soulever la masse nuageuse. Or, la bise est de son côté intimement liée à une advection d'air froid (dense et lourd) en provenance du nord-est. Par conséquent, lorsque la limite du stratus se trouve entre 800 et 900 m, la masse d'air qui y est associée effectue un plongeon gravitaire de plus de 600 m entre les reliefs environnants et le lac. Ce faisant, l'air se réchauffe et s'assèche,... et le stratus se dissipe !

L'exemple du 29 octobre 2016

L'image en tête de cet article montre que le 29 octobre à la mi-journée le stratus recouvre la totalité du Plateau puis se dissipe complètement lorsque la masse d'air plonge vers le lac. L'effet "plongeon" de la masse d'air est davantage visible si l'on regarde une prise de vue depuis le bord du lac en direction de Lavaux. Sur l'image ci-dessous, la plongée du stratus vers le lac dans la région de Chexbres (à l'arrière-plan) apparaît assez nettement.

Phénomène intéressant dans ce type de situations, la masse d'air qui s'est asséchée en descendant vers le lac tend souvent à se saturer à nouveau en remontant le long des reliefs français bordant la rive sud du Léman. Il en résulte le bourrelet nuageux assez typique des situations de bise, bordant la montagne des Mémise et le Pic Boré, et visible sur la prise de vue élargie de la webcam de la Tour-de-Peilz.

Pour conclure...

On notera en conclusion que le phénomène décrit ci-dessus nécessite pour sa réalisation des conditions assez subtiles. Par exemple, si la limite du stratus est inférieure à 800 m, les hauts de Vevey seront dégagés et le stratus se situera presque exclusivement à l'ouest de Lausanne, dans la vallée de la Venoge. A l'inverse, si la bise est trop forte et que la limite supérieure du stratus se trouve au-dessus de 1000 à 1200 m, l'effet des reliefs s'estompera et le stratus s'étendra en principe au-dessus du Léman sans discontinuité.

D'un autre côté, si la bise entraîne vers le Léman de l'air "chaud" (cela arrive parfois), l'effet gravitaire lié à la densité de l'air froid ne sera plus présent et le "plongeon" vers le lac ne se produira pas.

Ce sont ces subtilités qui rendent la météo si passionnante dans notre pays, et qui sont parfois à l'origine de certains couacs de prévision. On n'a rien sans rien...

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Elle ne sera utilisée que si un contact direct s'avérait nécessaire. Aucune publicité ne sera envoyée. Formulaire de contact

Commentaires (1)

  1. Claude Guignard, 14.03.2017, 19:33

    Il est interessant de connaitre ces phenomenes regionaux voire locaux. S'agissant aussi d'une situation de stratus par bise, il arrive que la region de Lausanne et tout le lac soient degages mais qu'a Geneve on n'ait aucun soleil.La bise pousse l'air vers le bout du lac et en s'elevant le long du Saleve il se forme un stratus qui recouvre le bassin genevois. Il arrive que, se deplacant en train de Geneve a Bellegarde, on se trouve a Geneve sous le brouillard alors qu'a Bellegarde il fait beau. Et on observe le brouillard qui franchit le Vuache, pousse par la bise, et de l'autre cote il tombe comme une chute d'eau et se dissipe. Comme pour la region de Vevey il faut des conditions bien precises de hauteur du stratus et de force de la bise, voire d'humidite de l'air.

    Réponses

    Répondre à Claude Guignard

    * Champ obligatoire

    Merci beaucoup de votre contribution. Chaque contribution est vérifiée par la rédaction avant d'être validée. Cette vérification peut durer un certain temps.

    Merci de votre compréhension

    Votre contribution n'a malheureusement pas pu être transmise. Veuillez réessayer ultérieurement.

    Merci de votre compréhension